Législatives allemandes: Merkel devance Schulz de 17 points

L'effet Schulz s'est essoufflé. [NordStock/Shutterstock]

La coalition CDU-CSU emmenée par la chancelière Angela Merkel est créditée de 40% des intentions de vote dans le dernier sondage Forsa. Le scrutin se tiendra le 24 septembre prochain.  Un article de notre partenaire, La Tribune.

A un peu plus de six semaines des élections fédérales du 24 septembre en Allemagne, le bloc conservateur CDU-CSU d’Angela Merkel reste crédité d’une confortable avance de 17 points sur les sociaux-démocrates de Martin Schulz, selon un sondage Forsa publié mercredi par l’hebdomadaire Stern et RTL.

Selon cette enquête, les chrétiens-démocrates et leurs alliés bavarois de la CSU sont mesurés à 40% des intentions de vote, un niveau inchangé depuis la mi-juillet. Le SPD, qui stagnait à 22% des intentions de vote depuis quatre semaines, progresse d’un point à 23%.

Derrière, les écologistes des Grünen, le parti de la gauche radicale Die Linke et la formation d’Alternative für Deutschland (AfD) sont au coude à coude à 8% chacun des intentions de vote. Les libéraux du FDP cèdent un point à 7%, un score insuffisant dans la perspective d’une éventuelle alliance libérale-conservatrice au Bundestag.

Schulz attaque frontalement Merkel à trois mois des élections

Le social-démocrate allemand Martin Schulz est passé à l’offensive dimanche en vue des élections législatives de septembre, alors que les sondages prédisent une large victoire à la chancelière.

Fin mars, la CDU n’avait que deux points d’avance

En poste depuis 2005, Angela Merkel, qui gouverne depuis quatre ans dans le cadre d’une « grande coalition » avec le SPD, brigue un quatrième mandat d’affilée à la tête du gouvernement fédéral.

La désignation de Martin Schulz, ancien président du Parlement européen, à la tête des SPD avait entraîné un resserrement initial des écarts. Fin mars, l’institut Forsa ne donnait plus que deux points d’avance à la CDU-CSU, à 34% contre 32% des intentions de vote. L’effet Schulz s’est cependant dissipé durant le printemps. Dans sa dernière livraison, l’institut Forsa observe que si le poste de chancelier était pourvu au suffrage universel direct, 21% seulement des personnes interrogées voterait directement pour Schulz, soit son niveau le plus bas depuis son entrée en lice. Angela Merkel est, elle, à 50%.

Martin Schulz se tient à distance du gouvernement allemand

Soucieux de son image de dissident politique, le principal adversaire de Merkel refuse de participer aux négociations gouvernementales avant les élections. Au risque de se mettre à dos son propre parti. Un article de notre partenaire Der Tagesspiegel.