EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

26/08/2016

Les eurosceptiques font une percée aux régionales allemandes

Elections

Les eurosceptiques font une percée aux régionales allemandes

Les militants de l'AfD après leur victoire aux élections régionales

L’Alternative pour l’Allemagne (AfD) a dépassé la barre des 10 % dans les élections régionales à Brandebourg et à Thuringe. Les eurosceptiques confirment ainsi leurs bons résultats obtenus lors des européennes. 

Les résultats électoraux de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) sont supérieurs à toutes les enquêtes préélectorales : avec 12 % à Brandenbourg et 10 % à Thuringe, l’AfD a réalisé un bon score lors de deux élections régionales. Le chef du parti Bernd Lucke constate que son parti a le vent en poupe après les élections dimanche 14 septembre.

« Les citoyens ont voté pour un renouveau politique », a-t-il déclaré sur le plateau de l’ARD le soir de l’annonce des résultats. Les résultats du parti eurosceptique sont encore meilleurs que ceux enregistrés en Saxe :« Cela nous donne un élan très fort. »

La tête de liste de l’AfD à Thuringe Björn Hocke parle quant à lui d’un résultat historique. « Je pense que nous sommes vraiment en train de vivre un moment historique. »

Appel contre l’AfD

Le dirigeant du parti social-démocrate (SPD), Sigmar Gabriel, plaide pour intensifier la lutte contre l’AfD. « Nous devons lutter plus fortement contre l’AfD et son programme », a-t-il annoncé sur le plateau de l’ARD. Il convient de souligner que l’Alternative pour l’Allemagne met en péril des centaines de milliers d’emplois avec son programme anti-européen. À ses yeux, l’AfD propose un « programme de destruction massive d’emplois ». Il estime aussi que c’est une « erreur » de ne pas avoir organisé de véritables débats sur le programme du parti eurosceptique.

À Brandebourg, les sociaux-démocrates qui sont au pouvoir sous l’égide du ministre-président Dietmar Woidke ont consolidé leur première place. Leur partenaire de coalition, die Linke, ont toutefois cédé leur deuxième place aux conservateurs de la CDU. Du coup, une coalition SPD-die Linke est tout autant possible qu’une alliance SPD-CDU. Les Verts ont à nouveau obtenu juste assez de voix pour rester au parlement régional. Les libéraux du FDP ne sont toutefois pas parvenus à passer le seuil électoral des 5 %.

Thuringe : le SPD s’oppose à une alliance avec Bodo Ramelow

À Thuringe, la débandade du SPD résonne comme un coup de tonnerre. Le SPD y a subi un vote sanction. Les sociaux-démocrates avaient envisagé de faire une coalition rouge-rouge-vert avec Bodo Ramelow du parti de la gauche radicale Die Linke, qui aurait été alors le premier ministre-président. Or les électeurs se sont opposés à une coalition gouvernementale sous l’égide de Bodo Ramelow, selon des enquêtes ZDF.

En revanche, la CDU pourrait obtenir le poste de ministre-président en la personne de Christine Lieberknecht, ce qui représenterait le maintien de la coalition entre le CDU et le SPD. Selon les estimations de l’ARD, une alliance de gauche (SPD, die Linke et les verts) n’obtiendra que 44 sièges, insuffisant pour obtenir une majorité. Une coalition entre CDU et les Verts n’aurait pas non plus le nombre de sièges requis. Christine Lieberknecht a exclu toute alliance avec l’AfD.

 « C’est un résultat amer pour le SPD », a indiqué Christoph Matschie, la tête de liste du parti social-démocrate. « Nous avons mis en place de bonnes politiques, mais nous devons accepter ces résultats. »

Contexte

Le parti AfD est entré au Parlement européen en mai 2014, ce qui a représenté son premier grand succès électoral.