Marine Le Pen s’en prend au drapeau européen

Le drapeau de l'Union européenne est pris pour cible par Marine le Pen.

La candidate du FN a fait du drapeau européen un bouc émissaire symbolique au cours de sa campagne présidentielle. Aucune règle n’impose son usage dans les États membres.

La rhétorique de la candidate d’extrême droit à l’élection  présidentielle contre le drapeau européen a franchi une nouvelle étape le mardi 18 avril.

Invitée lors de l’émission « Demain, Président » sur TF1, Marine Le Pen a exigé de la chaîne qu’elle retire le drapeau européen qui trônait en fond. Une demande acceptée par TF1, mais que le présentateur de l’émission politique, Gilles Bouleau, a fait connaitre à l’antenne.

La candidate du Front national, que les sondages prédisent au second tour de l’élection, a justifié sa demande en affirmant vouloir être « présidente de la République française, pas de la Commission européenne ».

« Marine Le Pen veut prendre des mesures contraires à la Constitution »

Les libéraux étaient persuadés que l’histoire était de leur côté, explique Michael Ignatieff. Voilà pourquoi ils paniquent maintenant que Donald Trump a remporté les élections. Pour lui, leur réaction est excessive.

Le caprice de la candidate – et la décision de la première chaîne privée d’y céder – a provoqué un véritable tollé. La représentions permanente de la Commission européenne en France a d‘ailleurs réagi dans un Tweet, affirmant rester fière du symbole de ce drapeau.

 

« Mais ce que Marine Le Pen a fait hier, elle est absolument dans son droit de citoyenne européenne » a cependant rappelé Miguel Puente Pattison, porte-parole de la Commission européenne en France. Même si  en ces temps de crise, il faudrait plutôt être fier de ce drapeau » a-t-il précisé.

Un drapeau non-officiel

Le drapeau européen, constitué d’un cercle de douze étoiles dorées sur fond bleu, côtoie le drapeau français sur une majorité de bâtiments officiels. Depuis les élections municipales, quelques mairies remportées par le Front national ont d’ailleurs décidé – en toute légalité – de retirer le drapeau européen.

En effet, le drapeau européen n’est imposé que dans de rares occasions par le protocole français. Sur les frontons des mairies, il n’est obligatoire que le 9 mai, à l’occasion de la fête de l’Europe. Autre obligation découlant du code de l’éducation : celui de le faire figurer aux côtés du drapeau français sur les façades des écoles publiques et privées sous contrat.

Par ailleurs, dans le livret protocolaire destiné aux communes, il est précisé que « l’usage républicain veut que seul le drapeau national orne de manière permanente les édifices publics ».

« Peu de gens le savent, mais le drapeau européen n’est pas officiel, car dans les traités européens,  aucune référence ne fait de ce drapeau le drapeau officiel de l’UE » précise Miguel Puente Pattison. «  Ce drapeau est utilisé par les institutions comme symbole des valeurs européennes, mais il n’a pas d’existence officielle légale. »

Concrètement, il n’y a donc aucune obligation légale imposée aux États membres, à l’exception de celles prévues par le droit national.

Ce n’est pas la première fois que le Front national s’attaque aux symboles de l’Union européenne. La candidate a déjà promis à plusieurs reprises de faire retirer le drapeau européen de tous les bâtiments officiels français.

Cette mesure figure même dans son programme électoral, dans la rubrique « défendre l’identité de la France et son identité nationale ».    L’eurodéputé et vice-président du FN, Florian Philippot a également renchéri sur la polémique, qualifiant le drapeau européen de « torchon » sur les réseaux sociaux.