La Croatie construit un terminal de gaz naturel liquéfié dans l’Adriatique

La Croatie a entamé les travaux préliminaires sous-marins dans le nord de l’Adriatique, première étape concrète à la construction d’un terminal de gaz naturel liquéfié (GNL). Un projet longtemps retardé et pourtant nécessaire pour réduire la dépendance de l’UE envers le gaz russe.

LNG Hrvatska, une société locale en charge du projet, a confirmé au quotidien croate Novi List que les travaux impliqueraient des recherches et des forages des fonds marins au large de l’île de Krk, afin de tester sa stabilité, et dureraient jusqu’au 25 septembre.

L’UE a mis le terminal Krk sur sa liste de projets d’intérêt commun, puisque son objectif est de diversifier les sources d’approvisionnement en gaz et de réduire la dépendance vis-à-vis du gaz russe. Bruxelles participe au projet à hauteur de 101,4 millions d’euros, soit près de 30 % de sa valeur estimée.

Donald Trump mise sur les exportations de GNL vers l’Europe de l’Est

Le président américain Donald Trump prévoit de promouvoir les exportations de gaz naturel liquéfié lors d’un sommet à Varsovie le 6 juillet prochain, aux côtés d’une douzaine de dirigeants d’Europe centrale et de l’Est, une région fortement dépendante du gaz russe.

La capacité du terminal de GNL, qui devrait être finalisé en 2019, est évaluée à environ deux milliards de mètres cubes de gaz par an. La Croatie vise les marchés d’Europe centrale ainsi que le sien.

A l’origine, la Croatie voulait construire un terminal terrestre doté d’une capacité trois fois plus grande que le terminal flottant, mais ce projet a été temporairement abandonné, en attendant d’évaluer la future demande de l’Europe en gaz.

Le projet de terminal de GNL dans l’Adriatique a été pensé il y a plus de 10 ans, mais la première concrétisation était tombée à l’eau car le processus décisionnel trop lent en Croatie avait découragé les investisseurs.

De l’autre côté de l’Europe, la Pologne a ouvert son premier terminal de GNL dans un port de la mer baltique, Swinoujscie, en 2016. La Pologne et la Croatie ont signé un accord pour construire un corridor gazier nord-sud qui devrait voir le jour dans deux ou trois ans pour faire circuler le gaz entre les deux terminaux.