La BEI encourage l’interconnexion électrique France-Italie

shutterstock_520750678 [Shutterstock]

La Banque européenne d’investissement va consacrer 130 millions d’euros au financement de cables électriques supplémentaires dans les Alpes.

La Banque européenne d’investissement (BEI) a signé un accord avec le groupe italien Terna débloquant 130 millions d’euros pour un projet de connexion des réseaux français et italien.

Les 190 km de l’interconnecteur « Piémont-Savoie » relieront le nord-ouest de l’Italie avec le sud-est français, entre Piossasco et Grande-Île. Il s’agira du câble en courant continu le plus long au monde.

Le projet devrait être finalisé fin 2019 et constituera le quatrième interconnecteur entre les deux pays, avec une augmentation de capacité de 1 200 MW, soit environ la capacité d’un réacteur nucléaire.

Le câble souterrain sera conçu en collaboration avec l’homologue français du Terna, le RTE. Les coûts totaux sont estimés à un milliard d’euros.

La France s'inquiète des projets de Bruxelles en matière d'énergie

Soutien aux énergies renouvelables, sécurité d’approvisionnement, tarifs réglementés… la France n’est pas en phase avec plusieurs dispositions prévues dans le prochain paquet énergie climat qui doit entrer en vigueur en 2019. Un article de notre partenaire La Tribune.

La Commission européenne a déjà jugé que l’interconnecteur était un projet d‘intérêt commun (PIC) au niveau européen, puisqu’il converge avec les objectifs de réduction des émissions et de securité énergétique de l’UE.

La capacité d’échange entre la France et l’Italie augmentera de 40 % avec ce projet, qui permettra également d’améliorer la compétitivité du marché de l’électricité, conformément à la stratégie européenne générale.

« Nous sommes très fiers de la contribution que la Banque européenne d’investissement a décidé de nous fournir pour ce projet d’une importance stratégique, qui rendra le réseau européen plus efficace et plus sûr et contribuera à la mise en place du marché unique de l’électricité », s’est félicité Luigi Ferraris, PDG de Terna.

Dario Scannapieco, vice-président de la BEI, a indiqué que cette décision « confirme l’engagement de la banque dans le secteur crucial des réseaux énergétiques ». Ces dernières années, la BEI a participé à hauteur d’un milliard d’euros à la modernisation et au développement du réseau européen.

La Commission aide l’Irlande à se fournir en électricité sans passer par Londres

La Commission européenne a alloué 4 millions d’euros à un projet d’interconnexion des réseaux électriques français et irlandais qui ne passe pas par le Royaume-Uni. Une « solution évidente » au problème de dépendance énergétique du pays dans le contexte du Brexit.

 

Contexte

Les propositions de la Commission européenne pour une union de l’énergie incluent un objectif  de 10 % pour l’interconnexion transfrontalière des réseaux électriques. L’exécutif européen estime que la modernisation des infrastructures électriques européennes coûtera environ 105 milliards d’euros, dont 35 milliards rien que pour les interconnecteurs.

L’interconnexion gazière et électrique est considérée comme essentielle pour que les États membres se délivrent de leur dépendance au gaz russe et augmentent la part des renouvelables.

L’interconnexion électrique à tout prix en question

L’avenir de l’interconnexion électrique européenne pourrait se décider à la frontière entre l’Allemagne et l’Autriche, où l’infrastructure risque ne de pas supporter les volumes échangés.