EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

04/12/2016

Gazprom obtient un meilleur accès au gazoduc allemand Opal

Energie

Gazprom obtient un meilleur accès au gazoduc allemand Opal

Un pipeline de gaz naturel aux États-Unis. Des infrastructures similaires seront financées par le Mécanisme pour l’interconnexion en Europe

[Bilfinger SE/Flickr]

Le régulateur allemand de l’énergie et Gazprom se sont accordés sur les termes d’un accord donnant aux filiales du groupe russe un plus grand accès aux gazoducs Opal, que l’UE a approuvé il y a un mois.

Gazprom pourra utiliser Opal plus que prévu, a décidé l’UE. Ce gazoduc, détenu par Gazprom et par l’entreprise chimique allemande BASF achemine du gaz du gazoduc sous-marin Nord Stream jusqu’en Europe centrale et permet ainsi à la Russie d’étendre la capacité de Nord Stream et de contourner l’Ukraine.

« Le dernier accord représente un compromis équilibré entre les intérêts des parties et la demande du marché, qui a été adapté à la loi allemande sur l’énergie », a déclaré Eduard Schmitke, directeur d’OPAL Gastransport, dans un communiqué.

Depuis l’achèvement d’Opal en 2011, Gazprom, qui fournit un tiers du gaz à l’UE, n’a le droit d’utiliser que 50 % de l’infrastructure dans le cadre d’une décision de l’UE visant à éviter un monopole sur l’infrastructure de distribution.

En théorie, le dernier accord permettra aux rivaux d’utiliser jusqu’à 20 % de la capacité de 36 milliards de mètres cubes (mmc) d’Opal lorsque la demande est élevée.

En plus de retenir une part de 50 %, Opal a le droit de soumissionner jusqu’à 12,8 mmc de capacité supplémentaire si d’autres fournisseurs ne s’en occupent pas. La première vente aux enchères mensuelle de volumes aura lieu en janvier sur une plateforme appelée Prisma, indique le communiqué.

>> Lire : L’UE en passe de solder son différend avec Gazprom

Opal, long de 470 kilomètres, commence dans la commune de Lubmin, en Allemagne, près de l’arrivée du gazoduc Nord Stream 1, et va jusqu’à Brandov, en République tchèque.

En mai dernier, l’Allemagne a fait pression pour que Gazprom ait un accès total à Opal, mais la demande a été rejetée par l’UE.

Afin d’assurer l’approvisionnement en gaz en Europe et en Ukraine en hiver, l’UE a trouvé un compromis grâce au nouvel accord qui garantit que Gazprom continuera à faire circuler du gaz via l’Ukraine même après l’expiration du contrat en 2019.

Le compromis enlève un obstacle majeur au plan de Gazprom de doubler les capacités Nord Stream dans le Nord Stream 2.

>> Lire : Nord Stream 2 contredit l’indépendance énergétique de l’UE

Craignant la domination de Gazprom sur le marché et d’être supprimé du réseau de gaz actuel, le Pologne a cependant annoncé qu’elle lancerait des poursuites contre la décision.

Contexte

The Nord Stream twin pipeline system brings Siberian gas directly to Germany under the Baltic Sea, bypassing Ukraine or Belarus. The two 1,224-kilometre offshore pipelines are the most direct connection between the vast gas reserves in Russia and energy markets in the EU.

The pipeline was awarded its final building permit on 12 February 2010.  Construction of Line 1 began in April 2010, and was completed in June 2011. Transportation of gas through Line 1 began in mid November 2011. Construction of Line 2, which runs parallel to Line 1, began in May 2011 and it was completed in April 2012. Gas transport through the second line began in October 2012.

Nord Stream is designed to transport up to 55 billion cubic metres of gas per year, enough to supply more than 25 million households.

Nord Steam is a joint project of four major companies: Gazprom, BASF/Wintershall Holding AG, E.ON Ruhrgas AG and N.V. Nederlandse Gasunie. Gazprom leads the consortium with a 51% stake.

The pan-European nature of the pipeline is underscored by its status as a project under the EU's Trans-European Networks energy guidelines.