EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

27/08/2016

Les pays européens peu préparés aux futurs coûts du nucléaire

Energie

Les pays européens peu préparés aux futurs coûts du nucléaire

Selon la Commission, La France n'a provisionné qu’un tiers des sommes nécessaire pour couvrir le démantèlement de son parc nucléaire et le traitement des déchets.

[Creativemarc/Shutterstock]

Les Etats de l’UE, dont la France, n’ont pas suffisamment provisionné pour couvrir les coûts du démantèlement de centrales nucléaires et la gestion des déchets radioactifs, estime la Commission européenne.

Bruxelles estime à 126,77 milliards d’euros les coûts du démantèlement et à 141,56 milliards ceux liés à la gestion des déchets, soit un total de 268,33 milliards d’euros dans les décennies à venir, dans ce document rédigé dans la cadre du prochain Programme indicatif du nucléaire.

“Le démantèlement de centrales nucléaires deviendra une activité de plus en plus importante pour l’industrie nucléaire européenne au cours des prochaines années, en raison du vieillissement du parc”, dont l’âge moyen est de 29 ans, souligne-t-il.

Or, les 17 Etats de l’UE ayant des réacteurs nucléaires en activité ou à l’arrêt sur leur territoire n’ont provisionné que 150,1 milliards d’euros pour faire face à ces futures dépenses, selon le document.

La France peu préparée

En France, la valeur des provisions s’élève actuellement à 23 milliards d’euros, moins du tiers que les coûts estimés à 74,1 milliards (22,61 milliards pour le démantèlement et 51,51 milliards pour les déchets).

>>Lire : Menaces sur le business plan nucléaire d’EDF

De source industrielle française, on déplore toutefois “une erreur de raisonnement”: les provisions mentionnées dans le rapport sont estimées selon leur valeur économique actuelle, et non en fonction de la valeur future, plus élevée, des actifs dédiés.

En Allemagne, les coûts de 45,7 milliards d’euros sont couverts à 83%.

>>Lire : Les centrales nucléaires belges inquiètent les Allemands

Seul le Royaume-Uni se distingue, avec suffisamment d’actifs dédiés pour couvrir les coûts, estimés à 63 milliards d’euros.

La Commission indique que les coûts de démantèlement peuvent varier significativement selon les Etats membres, les technologies, la taille et la localisation des réacteurs et la stratégie de démantèlement.

Peu d’information sur le coût des démantèlements

Elle pointe aussi un faible retour d’expérience en la matière. Au mois d’octobre 2015, 89 réacteurs étaient fermés de manière permanente en Europe, principalement en France, en Allemagne et au Royaume-Uni, et 147 dans le monde. Parmi ces derniers, seuls 16 ont été complètement démantelés, trois en Allemagne et 13 aux Etats-Unis.

>> Lire : Vienne attaque le programme nucléaire britannique

Selon le document, les capacités nucléaires installées pourraient se situer entre 96 et 105 gigawatts (GW) à l’horizon 2050, comptant pour 17-21% de la production d’électricité. C’est moins que les 121 GW comptabilisés en 2015, qui représentaient 28% de la production de courant.

Les investissements dans de nouvelles capacités pourraient atteindre jusqu’à 500 milliards d’euros d’ici à 2050.