EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

05/12/2016

L’Europe fait la chasse au charbon

Energie

L’Europe fait la chasse au charbon

La production d’énergie à partir de charbon est extrêmement polluante.

[Kentucky Photo File/Flickr]

Près de 4 milliards de subventions vont être utilisées pour fermer des mines de charbon espagnoles et des centrales au lignite allemandes. Un article de notre partenaire, le Journal de l’Environnement.

Le Vieux monde accélère la décarbonation de son économie. Vendredi 27 mai, la Commission européenne a autorisé l’Espagne et l’Allemagne à subventionner la fin d’activité de filières charbonnières.

Bruxelles a ainsi permis à Madrid de consacrer 2,1 milliards d’euros à la fermeture de 26 mines de charbon et de lignite, jugées non rentables. Les aides pourront être versées, a précisé l’exécutif communautaire, à la condition que les exploitations minières soient effectivement fermées avant 2019. «Les autorités espagnoles se sont engagées à récupérer les aides auprès des mines qui n’auraient pas été fermées à cette date», rappelle la Commission dans un communiqué.

>> Lire : Le charbon, un investissement de plus en plus dangereux en Europe

Berlin, de son côté, est autorisé à compenser la fermeture anticipée de centrales allemandes consommant du lignite. L’administration Merkel a obtenu de Mibrag, Vattenfall et RWE qu’elles ferment 8 installations, entre 2016 et 2019. Ces centrales représentent 13% des capacités allemandes carburant au lignite. Leur mise à l’arrêt permettra, dès 2020, d’abattre de 11 à 12 millions de tonnes les émissions annuelles de CO2 du secteur électrique, outre-Rhin. Le gouvernement fédéral dédommagera les électriciens à hauteur de 1,6 milliard d’euros pour compenser la baisse de leur chiffre d’affaires. Dans un autre communiqué, la Commission conclut que «les effets de la mesure en cause sur le marché de l’électricité devraient être limités et que les distorsions potentielles de concurrence induites par l’aide devraient être largement compensées par les avantages sur le plan environnemental».

>> Lire :  Jerzy Buzek: «La Pologne devrait dépendre du charbon qu’elle a en abondance»

Le G7 s’engage sur les gaz à effet de serre très puissants

Réunis ce week-end à Ise-Shima, au Japon, les chefs d’État et de gouvernement du G7 se sont engagés à publier leur stratégie climatique à 2050 «bien avant l’échéance de 2020». Les sept pays les plus riches s’engagent à faciliter l’adoption de l’amendement de Dubaï au protocole de Montréal pour interdire les HFC, les gaz à effet de serre très puissants. Le G7 s’engage à éliminer les subventions aux énergies fossiles «inefficaces» d’ici 2025 et appellent les autres pays à faire de même. L’aréopage appelle enfin les membres de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) à mettre en place, dès cette année, un marché du carbone pour l’aviation civile.

>> Lire aussi : Le lobby du charbon furieux d’être «trainé dans la boue» après la COP21 logo JDE