EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

04/12/2016

Le secteur privé milite pour un cadre européen tourné vers les renouvelables

Energie

Le secteur privé milite pour un cadre européen tourné vers les renouvelables

L'initiative appelle au renouvelable comme énergie "par défaut".

[Standard/Shutterstock]

L’initiative RE100 qui regroupe des entreprises comme Google, Unilever et Ikea, appelle à un meilleur soutien des renouvelables dans la future législation européenne, qui ne prévoit pas  pour l’instant   d’en faire une priorité.

La Commission européenne devrait corriger son projet de législation sur l’énergie, afin de donner une meilleure place aux renouvelables, estime l’initiative RE100, qui est soutenue par des grandes entreprises, à l’approche de la publication d’une série de propositions de lois baptisée « De l’énergie propre pour tous », prévue pour le 30 novembre.

La proposition actuelle, consultée et publiée par EurActiv, entend pousser les consommateurs européens à devenir les producteurs d’énergie du futur. Dans un rapport du groupe de réflexion E3G, l’initiative RE100 (Renewable energy 100%) soutenue par des entreprises privées appelle cependant à une politique énergétique européenne encourageant les sociétés à s’alimenter à 100% à partir de renouvelables.

>> Lire : L’UE prépare un paquet énergie plus fossile que renouvelable

L’initiative RE100 a été lancée en 2014 lors du sommet de l’ONU pour le climat à New York et est constituée d’entreprises qui souhaitent faire augmenter la demande en énergies renouvelables et accélérer la transition vers une énergie produite par les consommateurs. Au départ, l’initiative comptait 13 entreprises internationales privées souhaitant atteindre un objectif de 100% de renouvelables. Depuis, la coalition a grandi et comprend aujourd’hui 81 sociétés opérant en Europe, dont BT, Google, Ikea, Nestlé, Royal DSM et Unilever.

À l’occasion de la COP22 à Marrakech, ces entreprises se sont unies pour la première fois pour faire des recommandations pour le « paquet hiver » européen. « De plus en plus de grandes entreprises essaient activement de se fournir à 100% en énergies renouvelables. Nous avons donc besoin d’une directive sur l’énergie renouvelable qui soutienne ces ambitions, au lieu de les freiner », a déclaré Thomas Lingard, directeur de stratégie pour la durabilité et la protection du climat chez Unilever.

« L’énergie renouvelable est l’avenir, et si l’Union européenne souhaite maintenir son avantage concurrentiel, elle doit libérer son potentiel avant qu’il ne soit trop tard. Il faut donc rendre l’électricité renouvelable facile et peu chère », renchérit Simon Skillings, auteur du rapport de E3G.

Dans le document, intitulé « Une transition énergétique menée par les consommateurs », les membres de l’initiative RE100 font une série de recommandations pour amplifier l’impact du prochain paquet législatif européen sur le marché de l’énergie.

Objectifs 2030

Selon le rapport, « les prix des renouvelables sont beaucoup moins instables que ceux des alternatives fossiles, ce qui permet un meilleur contrôle d’un coût important pour les entreprises ». La situation européenne actuelle rend toutefois un approvisionnement 100% renouvelable plus difficile qu’un mélange d’énergies propres et fossiles.

Pour pousser le système vers un approvisionnement entièrement renouvelable, les auteurs du texte souhaitent que les objectifs liés à la part de renouvelables pour 2020 de la directive « constituent le seuil minimum de la contribution des États membres aux objectifs européens pour 2030 ».

À l’heure actuelle, l’objectif est d’atteindre 27% d’énergie issue de sources propres. Cet objectif n’est cependant pas contraignant au niveau national, mais seulement au niveau européen.

>> Lire : Les renouvelables progressent, mais surtout pour l’électricité

Priorité aux renouvelables

Parallèlement au partage des efforts entre États membres, le rapport préconise que « la priorité donnée aux générateurs de renouvelables soit maintenue, ou que les États membres mettent en places d’autres processus efficaces afin d’éviter des restrictions excessives » sur la production d’énergie propre.

Enfin, le rapport appelle à un « système de certification pour l’électricité non-renouvelable », qui permettrait de faire de la vente d’électricité propre l’option par défaut. Les consommateurs souhaitant une électricité produite à partir de sources fossiles devraient donc en faire la demande.

« Que les entreprises cherchent à acheter de l’énergie renouvelable ou à en produire elles-mêmes, nous voulons une politique européenne qui nous aide à atteindre notre objectif de 100% d’électricité propre », résume John Harris, gestionnaire d’investissement pour le renouvelable chez Ikea. « Des cadres législatifs sont nécessaires pour permettre à davantage d’entreprises et de consommateurs d’investir dans les renouvelables. »

>> Lire aussi : L’UE se laisse distancer par la Chine et les États-Unis dans la course aux renouvelables