EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

03/12/2016

Athènes compte sur Obama pour convaincre l’Allemagne d’alléger sa dette

Euro & Finances

Athènes compte sur Obama pour convaincre l’Allemagne d’alléger sa dette

Barack Obama est en faveur d'une réduction significative de la dette grecque.

[White House]

Athènes place ses espoirs dans une visite du président américain Barack Obama, qui appelle toujours à une réduction significative de la dette grecque, pour convaincre l’Allemagne de lâcher du lest.

Le gouvernement grec espère se servir d’une visite du président américain, Barack Obama, à Athènes, le 15 novembre, pour faire pression sur ses partenaires européens, et particulièrement l’Allemagne,  pour un allègement tant attendu de sa dette.

« La visite du Président Obama est d’une grande importance », a assuré le porte-parole du gouvernement, Dimitris Tzanakopoulos. Il s’agit en effet de la première visite en Grèce d’un président américain depuis 17 ans.

Le programme des discussions comprend les négociations de la dette grecque, la gestion de la crise des réfugiés, la question chypriote, et, plus largement, les relations bilatérales Grèce-États-Unis.

« Je pense qu’il souhaite clore ses huit ans au gouvernement avec des solutions à une série de problèmes liés aux politiques étrangère et économique des États-Unis. La victoire de Donald Trump renforce peut-être encore davantage la volonté du gouvernement actuel de fournir une solution à la dette grecque », a ajouté le porte-parole.

À l’approche des élections de 2017, le ministre des Finances allemand, Wolfgang Schäuble, a exclu tout allègement de la dette grecque. Cependant, le Fonds monétaire international (FMI) a conditionné sa participation au renflouement du pays à l’instauration de mesures de réduction de dette claires par les États membres.

>> Lire : Le FMI intrigue en faveur d’un allègement de la dette grecque

« Réduction significative de la dette »

Dans un entretien avec Kathimerini, le président sortant américain a déclaré qu’il soutiendrait une « réduction significative de la dette », afin d’aider la Grèce à renouer avec la croissance.

« Le FMI a estimé que l’allègement de la dette était essentiel pour faire de la Grèce une économie durable et retrouver la prospérité », a déclaré Barack Obama. « C’est pourquoi je continuerai à appeler les créanciers d’Athènes à prendre les mesures nécessaires pour s’assurer que le pays est en bonne position pour renouer avec la croissance économique,  ce qui inclut une réduction significative de la dette ».

La victoire de Donald Trump est loin d’enchanter Athènes. Lors des négociations houleuses de la dette entre la Grèce et ses créanciers, celui-ci avait en effet déclaré : « Nous avons assez de problèmes comme ça, laissons l’Allemagne s’en occuper. L’Allemagne prendra soin du problème. Cela n’est rien pour l’Allemagne. Ils s’en occuperont. Franchement, [Vladimir ] Poutine viendra sans doute sauver la situation si l’Allemagne ne s’en sort pas. »

La semaine dernière, Josh Earnest, porte-parole de la Maison-Blanche, a confirmé que Barack Obama avait briefé Donald Trump sur ses derniers déplacements en Grèce, en Allemagne et au Pérou.

>> Lire : Tsipras appelle toujours à un allègement de la dette grecque

OTAN

Le président américain a par ailleurs salué la contribution économique d’Athènes à l’OTAN, malgré les difficultés économiques du pays.

« Les Américains continuent de considérer notre alliance avec la Grèce comme extrêmement importante. Malgré des difficultés économiques extraordinaires, la Grèce est l’un des cinq alliés de l’OTAN à allouer 2% de son PIB à la défense », a-t-il souligné, ajoutant que les deux  pays continueraient de partager des renseignements pour limiter les déplacements des combattants étrangers et empêcher les attentats.

>> Lire aussi : Le FMI insiste pour que l’UE allège la dette grecque