EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

27/09/2016

La Bundesbank critique la suppression des billets de 500 euros

Euro & Finances

La Bundesbank critique la suppression des billets de 500 euros

La fin des billets de 500 euros est annoncée.

L’UE projette de supprimer les billets de 500 euros. La banque centrale allemande estime que la mesure n’aura par l’impact escompté sur le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, . Un article d’EurActiv Allemagne.

Carl-Ludwig Thiele, président du conseil d’administration de la Bundesbank, la banque centrale allemande, n’est pas convaincu que la suppression des billets de 500 euros entraverait réellement le terrorisme international et d’autres activités illégales. « Les citoyens ne devraient pas devenir automatiquement suspects », se défend-il lors d’un événement à Londres.

>> Lire : Les soupçons s’accumulent sur le cash au Luxembourg

La Banque centrale européenne (BCE) est déjà préparée à la vie sans le plus grand billet de la monnaie unique, l’un des billets de banque ayant le plus de valeur au monde. Le billet de 500 euros a par exemple cinq fois plus de valeur que le plus grand billet américain – 100 dollars.

Carl-Ludwig Thiele estime quant à lui que la suppression des billets de 500 euros est un changement fondamental de circulation de la monnaie unique. Il soutient également que la liberté des citoyens en serait entravée.

Ce n’est pas la première fois que la Bundesbank désapprouve les politiques de la BCE. Son président, Jens Weidmann, dénonce depuis longtemps le programme d’achat de titres par la banque.

>> Lire : Les politiques de la BCE aggravent les inégalités sociales

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, ne partage pas cet avis, puisqu’il a assuré son soutien à la mesure, dans le cadre du renforcement de la lutte contre le terrorisme et le blanchiment d’argent au sein de la zone euro. Le ministre voudrait également limiter les transactions en liquide à 5 000 euros.

Les transactions en espèces sont déjà plafonnées dans d’autres États membres, comme l’Italie et la Belgique (maximum 3 000 euros), encore la France et le Portugal (1 000 euros), ou encore la Grèce (1 500 euros).

Click for an interactive version.