EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

17/01/2017

Grèce : les banques seront fermées pendant une semaine

Euro & Finances

Grèce : les banques seront fermées pendant une semaine

Les banques seront fermées pendant une semaine en Grèce.

[Reuters]

Le gouvernement grec a décidé de fermer les banques jusqu’au 7 juillet. Les retraits autorisés aux distributeurs seront limités à 60 euros par jour et par carte bancaire, un contrôle des capitaux sera en place.

Les banques grecques resteront fermées lundi 29 juin et jusqu’au 7 juillet. La décision a été prise à l’issue d’un conseil de stabilité financière tenu à Athènes dimanche 28 juin au soir avec plusieurs membres du gouvernement et le gouverneur de la Banque de Grèce (BoG) Yannis Stournaras. C’est la conséquence directe de la décision de la BCE ce dimanche de maintenir le plafond de la liquidité d’urgence (le programme ELA) disponible pour le système financier grec à son niveau de vendredi. Durant la fermeture des banques, il sera possible de retirer des petites sommes d’argent, on évoque des retraits jusqu’à 60 euros par jour et par carte bancaire, ce qui est cinq fois moins qu’à Chypre en 2013. Un contrôle des mouvements de capitaux a également été décidé. Tous les transferts à l’étranger devront être approuvés par le ministère des Finances. La Bourse d’Athènes restera également fermée ce lundi. Dimanche soir, les Grecs se sont précipités vers les distributeurs d’argent pour retirer ce qu’ils pouvaient. Dans le centre d’Athènes, la plupart des appareils étaient vides vers 23 heures.

>> Lire : Le référendum grec divise la zone euro

Pas assez de liquidités disponibles

Durant tout le week-end, les retraits se sont accélérés en Grèce. Des queues se sont formées, surtout samedi matin, devant les distributeurs automatiques de billets et certains étaient vides dans l’après-midi. Depuis vendredi soir, 1,3 milliards d’euros ont été retirées des comptes grecs. Compte tenu de l’annonce du référendum sur les dernières propositions des créanciers et de l’annonce de la fin du programme d’aide au pays mardi prochain par l’Eurogroupe, la plupart des Grecs ont préféré prendre leurs précautions. Incapables de se refinancer davantage que vendredi dernier auprès de la BCE, les banques grecques risquaient de se retrouver rapidement à court de liquidités. Les mesures annoncées visent donc à stopper l’accélération des retraits. En théorie, les Grecs, qui détiennent 14 millions de cartes bancaires, pourraient retirer jusqu’à 840 millions d’euros par jour, ce qui est encore beaucoup trop pour les banques grecques. Mais on peut imaginer que cette possibilité ne sera pas utilisée à plein. Le contrôle des capitaux empêchera la fuite de l’épargne des comptes helléniques.

Les conséquences

Ces mesures vont sans doute frapper les plus faibles, notamment les retraités qui devaient toucher leurs pensions à la fin de ce mois et qui, souvent, ne disposent guère d’une carte de retrait. Beaucoup de factures sont aussi payables aux guichets des banques en Grèce, même s’il n’y a pas de restrictions pour les virements nationaux. Pour une grande partie de la population, par ailleurs, il faudra peut-être puiser dans les réserves d’argent liquide qui ont été constituées aux cours de ces derniers mois par les retraits. Pas de panique, donc, dans l’immédiat. Concernant les touristes présents en Grèce, leur capacité de retrait pourrait ne pas être impactée. Le conseil de stabilité financière a demandé que les détenteurs de comptes étrangers puissent retirer de l’argent dans les limites fixées par leur banque. Il s’agit de préserver la saison touristique en Grèce et la BCE est tenue de fournir ces liquidités entrant en Grèce via des banques solvables. Néanmoins, les ministères des affaires étrangères britannique, néerlandais et allemand, ont invité dimanche les voyageurs se rendant en Grèce à se munir de « suffisamment d’argent liquide. »

Le précédent chypriote

Pour la deuxième fois dans l’histoire de la zone euro, après Chypre en 2013, un pays est donc coupé du reste de l’union monétaire par un système de contrôle des capitaux et de restrictions des comptes bancaires. Un euro déposé dans une banque grec aujourd’hui n’a pas la même valeur qu’un euro déposé dans une autre banque. Son usage est limité et sa détention est risquée. Le précédent chypriote a en effet de quoi inquiéter les Grecs. Dans l’île, les banques avaient été renflouées par les déposants eux-mêmes. Le contrôle des capitaux à Chypre a été entièrement levé après deux ans, en avril dernier.

Parade provisoire contre le Grexit

En théorie, ces mesures visent à conserver la Grèce dans la zone euro. La BCE n’a pas levé l’utilisation du programme ELA par les banques grecques et n’a pas rendu plus difficile cet usage en appliquant une décote supplémentaire aux garanties nécessaires pour obtenir ces liquidités. La banque centrale maintient donc une source minimale d’euros qui devraient être provisoirement suffisante aux banques grecques grâce aux mesures de restrictions des retraits mis en place. Mais il ne s’agit que d’une parade provisoire. D’abord parce que les banques ne pourront pas rester fermées indéfiniment. Ensuite, parce que la BCE risque de couper les vannes à tout moment si elle estime que les banques grecques ne sont plus viables.

>> Lire : Moscovici assure que UE et Grèce sont à quelques centimètres d’un accord

Comment sauver les banques grecques ?

Les banques vont donc devoir être renflouées d’une manière ou d’une autre. Première solution : un accord est trouvé entre Athènes et ses créanciers et la BCE permet de nouveau aux banques grecques d’utiliser la dette publique hellénique pour se refinancer normalement auprès d’elle. Deuxième possibilité : la BCE impose un renflouement des banques par les dépôts, comme à Chypre. Troisième solution : la Grèce sort de la zone euro. On le voit, cette dernière option devient de plus en plus probable.

Faire tomber le gouvernement grec

Reste une dernière option, qui est peut-être celle que la BCE a en tête : le gouvernement grec pourrait sous la pression d’une fermeture continuelle des banques ne pas être en mesure d’organiser le référendum du 5 juillet (mais le décret vient d’être publié au journal officiel). Ou, s’il le fait, il pourrait être fortement sanctionné par un « oui » claire aux propositions des créanciers afin d’obtenir la réouverture des banques. Dans ces deux cas, le gouvernement Tsipras devra signer en urgence un accord avec ses créanciers afin d’obtenir un retour rapide à la normale. Politiquement, il serait alors sans doute discrédité et il tomberait. Acculé par la BCE, sa seule parade serait alors un Grexit dont la population ne veut guère. Le Grexit est exclu pour la BCE, mais le maintien de ce gouvernement l’est sans doute tout autant. On le voit : si la BCE n’a pas voulu couper directement l’ELA et pousser la Grèce hors de la zone euro, elle joue clairement le jeu de l’Eurogroupe en poussant le gouvernement grec à nouer la corde qui l’étranglera. Ceci semble fonctionner : un premier sondage estime que deux tiers des électeurs voteront en faveur du « oui. » Dimanche soir dans un discours, Alexis Tsipras a, cependant, dénoncé le « chantage » de la BCE contraire, selon lui, aux « traditions démocratiques » de l’Europe. Et il a espéré que cette attitude conduirait les électeurs à voter « non » le 5 juillet prochain.

>> Lire notre couverture en direct : une solution pour la Grèce ?

Cet article a été initialement publié sur Le Tribune.

Contexte

Le parti anti-austérité Syriza a remporté une victoire écrasante lors des élections anticipées du 25 janvier dernier en Grèce, mais n'a pas obtenu une majorité absolue au parlement.

Son chef de file, Alexis Tsipras, a affirmé que le « cercle vicieux de l'austérité » était terminé, déclenchant ainsi des réactions variées au sein de l'UE.

Les proposition de réformes avancées par Athènes n'ont pas convaincu l'Eurogroupe et les créanciers du pays, et la Grèce, qui ne peut plus honorer ses dettes, se retrouve dans une situation plus précure que jamais.

>> Lire : La victoire de Syriza brave l'austérité en Europe