EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

30/09/2016

La Bulgarie s’irrite du blocage de sa frontière par des agriculteurs grecs

Euro & Finances

La Bulgarie s’irrite du blocage de sa frontière par des agriculteurs grecs

Des agriculteurs grecs bloquent la frontière bulgare.

[Banker]

La Bulgarie perd patience : les agriculteurs grecs bloquent les postes frontaliers depuis trois jours pour manifester contre la refonte du système de retraite.

Les postes frontaliers de Kulata-Promachonas, Ilinden-Exochi et Ivailovgrad-Kiprinos sont clos depuis le 1 février, selon Dnevnik, le partenaire bulgare d’EurActiv.

Du côté bulgare, une file de camions longue de 5 kilomètres a été observée. Hier, le 2 février, la queue faisait 15 kilomètres et s’est réduite car le passage a été ouvert pendant quelques heures durant la nuit.

Les conducteurs qui ont réussi à passer de la Grèce en Bulgarie ont affirmé avoir attendu 16 heures pour traverser la frontière.

Ce n’est pas la première fois que les agriculteurs grecs bloquent la frontière bulgare, compliquant ainsi le voyage de nombreuses personnes. En effet, nombreux sont les Bulgares qui passent leurs vacances en Grèce, puisque depuis la capitale, Sofia, il est plus rapide de se rendre en mer Égée qu’en mer Noire.

Boyko Borissov, le Premier ministre bulgare, se serait entretenu avec son homologue grec, lui demandant de rétablir la circulation malgré les protestations. Les autorités bulgares ont aussi affirmé qu’elles demanderaient à la Commission européenne d’intervenir.

La refonte du système des retraites grecques n’a en effet rien à voir avec la Bulgarie et les autorités à Sofia se sentent prises au piège.

Le gouvernement de Syriza se bat pour faire adopter par le parlement les réformes convenues en juillet dernier avec les créanciers internationaux. Il veut également accélérer la première révision du paquet d’aide internationale afin d’entamer les négociations sur la dette publique.

>> Lire : Les agriculteurs grecs dénoncent les hausses d’impôts

Néanmoins, la réforme du système de retraite, qui irrite tant le secteur agricole, est un sujet épineux pour Alexis Tsipras.

La crise pourrait s’aggraver

Les agriculteurs grecs ont posé un ultimatum au gouvernement Syriza : ce dernier a jusqu’au 7 février pour former une commission pluripartite qui annulera les réformes et recommencera de zéro en répondant à leurs demandes.

Si le gouvernement Tsipras ne répond pas à leur demande, les agriculteurs ont menacé de bloquer tout le pays.