Le numéro de mobile remplacera l’Iban bancaire en Europe en 2018

En 2018, le paiement de personne à personne pourra se faire via mobile. [Highways Agency/Flickr]

Un registre européen des numéros de téléphone relié aux comptes bancaires permettra de fluidifier les échanges et de consolider un marché des paiements en euros intégré. Un article de notre partenaire La Tribune.

Et si payer devenait simple comme un coup de fil ? Payer un ami, un particulier, un petit commerçant, quel que soit son pays de résidence, au sein de l’Union européenne, depuis son smartphone, avec le seul numéro de téléphone du bénéficiaire ? Ce devrait être possible dès l’an prochain.

La Banque centrale européenne (BCE) l’a annoncé vendredi 6 janvier, lors d’une conférence organisée par la Banque de France sur l’innovation dans le paiement.

« Aligné sur le calendrier de la mise en place du schéma de paiement instantané, l’Eurosystème [la BCE et les banques centrales nationales, ndlr] attend le lancement d’un service standardisé qui permette le paiement de personne à personne en utilisant le numéro de téléphone mobile du bénéficiaire comme équivalent de l’Iban [International Bank Account Number, NDLR]. Ce service devra être lancé d’ici à la fin de 2017 et ne devra pas être cantonné aux Iban nationaux » a expliqué Yves Mersch, membre du directoire de la BCE et président du Conseil des paiements de détail en euro (ERPB).

Un bottin européen pour le paiement mobile

L’idée est de constituer une sorte de « bottin européen » pour le paiement mobile dans lequel le numéro de téléphone redirigerait vers le numéro de compte bancaire de son choix (puisque le titulaire d’une ligne de téléphonie mobile peut avoir plusieurs comptes bancaires), précise une source proche du dossier.

Ainsi, il ne serait plus nécessaire de posséder un compte dans un autre pays européen pour pouvoir y réaliser un paiement mobile de personne à personne, un progrès au regard de l’essor de l’économie collaborative. Par exemple, un touriste ou un étudiant européen louant un logement auprès d’un particulier ne serait pas obligé de payer en espèces ou de passer par une grande plateforme, type Airbnb.

L’Américain PayPal vient d’ailleurs de lancer le transfert d’argent de particulier à particulier avec le seul numéro de mobile ou même une adresse mail, gratuit si c’est en euro dans l’espace économique européen.

Le californien Square, dont le lecteur de carte bancaire est spécialement adapté aux micro-entrepreneurs (le nouveau nom des auto-entrepreneurs) et petits commerçants, prévoit de se lancer en Europe cette année :  l’entreprise fondée par Jack Dorsey (Twitter), valorisée 5,3 milliards de dollars à Wall Street, a en effet établi l’été dernier une filiale Squareup Europe au Royaume-Uni et recrute à Dublin. Aux États-Unis, Square est devenu le quatrième plus important réseau de commerçants pour l’émetteur de cartes Visa, a relevé Bill Gajda, le directeur de l’innovation et des partenariats stratégiques de Visa Inc, également présent à cette conférence.

Enjeu de compétitivité et de souveraineté

Il y a donc un réel enjeu de compétitivité et de souveraineté des acteurs européens de la distribution et du paiement.

En parallèle, la BCE s’inquiète du risque de fragmentation du marché européen du fait de la profusion de porte-monnaie électronique et d’applis de paiement mobile qui n’ont pas tous le potentiel d’être étendus à l’ensemble de l’UE. L’Eurosystème demande donc aux prestataires de services de paiement de mettre en place des solutions de paiement instantané, c’est-à-dire en quelques secondes, en euro au niveau paneuropéen au plus tard en novembre 2017, alors qu’aujourd’hui les virements SEPA sont opérés en un jour ouvrable.

Et pour accélérer le règlement interbancaire, la BCE propose de faire évoluer la plate-forme européenne de traitement des paiements Target2, utilisée par les banques centrales et commerciales, vers du règlement en temps réel, de l’ordre de 25 secondes, sans risque de crédit, ce qui éviterait aux banques d’immobiliser du capital en garantie. La BCE craint en effet que les chambres de compensation ne deviennent des « silos nationaux » et n’aient pas cette portée paneuropéenne. Une consultation publique sera lancée ce lundi et la décision prise en juin prochain : le dénouement en temps réel serait opérationnel en 2018.

« L’Europe ne doit pas être en retard, par rapport au Royaume-Uni [qui a mis en place le paiement instantané en 2008, NDLR] par exemple. Avec ce marché intégré du paiement, elle sera même en avance sur les États-Unis » a fait valoir Yves Mersch.

logo_tribune_petit_0.jpg

logo_tribune_petit_0.jpg