EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

27/09/2016

Le PS demande la démission du commissaire Oettinger

Euro & Finances

Le PS demande la démission du commissaire Oettinger

Jean-Christophe Cambadelis.jpg

Le commissaire allemand en charge du numérique a provoqué la colère du Parti socialiste français  en appelant publiquement la Commission à faire preuve de fermeté face à la « récidive » des dérapages du déficit de la France.  ?

La Parti socialiste français a vivement réagi, vendredi 21 novembre, à une tribune de Günther Oettinger publié dans Les Echos, appelant à une position ferme de la Commission face à la France.

La Commission européenne doit se prononcer lundi 24 novembre sur le budget 2015 présenté par la France, qui sort clairement du cadre prévu.

>>Lire : La France revoit son budget 2014 pour obtenir la bénédiction de Bruxelles

« Nous perdrions toute crédibilité si nous prolongions pour la troisième fois le délai accordé sans exiger des contreparties très concrètes et précises. La France doit s’engager sur des objectifs politiques clairs, qui résoudront de manière durable ses problèmes économiques et budgétaires. Ce faisant, il ne faut pas que cela soit interprété comme une décision prise contre la France, mais comme une mesure prise pour et avec la France » assure le commissaire allemand au numérique dans sa tribune.

Selon lui, l’Hexagone « doit donc s’attaquer à une série de problèmes: le niveau élevé du coût de la main-d’œuvre et de l’impôt sur les salaires, l’augmentation de l’imposition des entreprises, la perte de parts de marché à l’exportation au niveau mondial. »

Il enjoint ainsi la Commission européenne à faire preuve de rigueur : « Lundi, la Commission devrait donc conditionner une prolongation du délai à des mesures concrètes et mesurables, assorties d’échéances précises. Le traité de Lisbonne offre des possibilités à cet effet. Nous devons en faire usage. Pour la France et pour l’Europe »

Le Parti socialiste appelle à la démission du commissaire allemand

Un texte qui a immédiatement fait bondir le secrétaire général du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis. « Monsieur Oettinger s’est lancé dans une diatribe hors de propos contre la France alors que la Commission a accepté son budget en déclarant  que la France est un « pays déficitaire récidiviste » et en appelant Bruxelles à le traiter avec « rigueur » a déclaré l’homme politique dans un communiqué.

Le parti de gouvernement juge la réaction du commissaire excessive et outrepassant ses prérogatives. En effet, le commissaire est censé traiter de sujets numériques.

Le texte bafoue aussi, selon le PS, « la nécessaire réserve d’un commissaire ». « Cette attitude renforce ceux qui, en France, militent pour la sortie de l’Europe. Elle devrait être sanctionnée » conclut Jean-Christophe Cambadélis.

De fait, le député Nicolas Dupont-Aignan a estimé dans le journal L’Opinion que « Angela Merkel conduisait l’Europe dans le mur ».

Interrogé par EurActiv sur cet appel à la démission, le cabinet de Gunther Oettinger n’a pas souhaité faire de commentaire.

Lors de la conférence de presse quotidienne, vendredi 21 novembre, le porte-parole de la Commission, Margaritis Schinas, a indiqué que M. Juncker avait été prévenu de la parution de la tribune du commissaire allemand la veille. Il a aussi précisé que «seul le collège de la Commission dans son ensemble pouvait prendre une décision» sur l’attitude à adopter à propos du déficit d’un Etat-membre.

>>Lire aussi : Le spectre d’une amende pour déficit excessif ressurgit pour la France

Contexte

Le déficit de la France est en train de devenir le problème numéro un de la zone euro. Alors que plusieurs pays se sont serré la ceinture en supprimant des postes de fonctionnaires à la pelle et en réduisant les salaires, la France n'a rien fait de tout ca. Et continue d'afficher un déficit public très élevé, d'autant que l'absence de croissance pénalise les recettes fiscales.