EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

23/01/2017

Nouvelle stratégie des créanciers en Grèce

Euro & Finances

Nouvelle stratégie des créanciers en Grèce

Le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, ne prévoit pas de soumettre de nouvelles propositions à ses homologues de la zone euro

[Rat der Europäischen Union]

Les créanciers d’Athènes prépareraient un plan « à la chypriote » pour la Grèce en cas de défaut, selon la Süddeutsche Zeitung. Un moyen de faire pression sur le gouvernement hellénique qui demeure risqué.

Désormais, tout se passe comme si les créanciers de la Grèce jouaient une nouvelle partie : celle qui se jouera après le défaut d’Athènes vis-à-vis de ses engagements envers le FMI.

Dimanche 14 juin, il n’y a eu aucune discussion. Selon des sources grecques proches du gouvernement, les négociateurs grecs se sont retrouvés à Bruxelles face à une équipe de technicien « n’ayant aucun mandat pour négocier. » Et de fait, durant ce court rendez-vous de 45 minutes, toutes les nouvelles concessions grecques et non des moindres (notamment l’acceptation de l’objectif d’excédent primaire de 1 % du PIB pour cette année) ont été repoussées. Les exigences – toutes les exigences – des créanciers étaient à accepter en bloc. Ou à refuser. Autrement dit, les créanciers ne cherchent plus réellement à trouver un accord. Ils jouent désormais le coup d’après, celui qui suivra le défaut du 30 juin.

Stratégie européenne pour l’après-défaut

Leur stratégie a été en partie révélée par un article de la Süddeutsche Zeitung (SZ) de ce mardi. Ce dernier dévoile la méthode mise au point par les dirigeants de l’Eurozone après le défaut. Selon la SZ, les chefs de gouvernement se retrouveraient dans une réunion d’urgence. Ils demanderaient à Athènes d’imposer un contrôle des capitaux et des limitations aux retraits des guichets bancaires au cours d’un week-end. Les banques devraient alors rester fermées quelques jours. Si le gouvernement grec refuse de faire passer une loi spéciale – nécessaire pour la réalisation de ce plan – le système financier grec sera « isolé » de l’Eurosystème. Autrement dit, on coupera l’accès à la liquidité d’urgence (programme ELA) des banques grecques.

Renouveler Chypre

La SZ ne donne pas la finalité de ce plan. En réalité, elle est assez claire, c’est un scénario à la chypriote que les Européens promettent à la Grèce. Comme à Chypre, ce contrôle des capitaux permettra de faire payer la faillite des banques grecques par les déposants de plus de 100.000 euros (il existe une garantie européenne sur les dépôts jusqu’à cette somme). Comme à Chypre, cette solution s’accompagnerait d’un nouveau tour de vis budgétaire. C’est une position qui est défendue depuis quelques semaines par la banque centrale allemande, la Bundesbank. Cette dernière a fait du cas chypriote – où Nicosie avait dû céder à la menace d’une coupure de l’ELA – un modèle du genre.

Pressions sur Athènes

Le but est fort clair : une telle procédure rendra extrêmement impopulaire le gouvernement d’Alexis Tsipras. L’objectif des dirigeants de la zone euro reste donc le même : renverser ce gouvernement, coûte que coûte. Et obtenir un gouvernement obéissant tout en évitant le Grexit. Du reste, cette information – qui n’a pas été commentée par le gouvernement allemand – risque de provoquer une panique sur les dépôts puisque les Grecs connaissent parfaitement le précédent chypriote de mars 2013. Là encore, c’est un moyen de pression sur le gouvernement grec pour qu’il capitule avant le 30 juin.

Pari risqué

Cependant, le pari est risqué. Si les Grecs sont confrontés au choix de voir leur épargne confisquée pour renflouer les banques ou dissoute par une dépréciation d’une nouvelle monnaie, que choisiront-ils ? En réalité, la crainte de voir son épargne dissoute est un des derniers liens qui accrochent les Grecs à l’euro. Une fois disparu, le Grexit pourrait apparaître comme un moindre mal. Le plan européen pourrait alors avoir l’effet inverse de celui annoncé : renforcer la confiance dans le gouvernement sur le thème de la dignité outragée des Grecs.

Sans doute les créanciers se laissent-ils trop bercer d’illusions par les sondages qui affirment que trois-quarts de Grecs veulent conserver l’euro « à tout prix. » Lorsque la facture sera présentée et dépassera les retraites et la TVA, le sentiment pourrait changer. Du reste, le contrôle des capitaux peut être utilisé pour une autre fin, celle du Grexit ou de l’introduction d’une monnaie parallèle. Dans ce cas, les Européens auraient ouvert les portes du Grexit.

Problèmes juridiques

Ce plan pose également des problèmes juridiques. Il utilise le programme ELA, qui relève de la politique monétaire de la BCE, comme moyen de pression. Or, la BCE est en théorie indépendante et lundi 15 juin, devant le parlement européen, son président, Mario Draghi, a martelé qu’il ne prendrait pas de « décision politique. » Évidemment, on peut considérer que le défaut grec mènera à la faillite des banques. Mais dans ce cas, ce ne peut être qu’après le « défaut officiel » envers le FMI, donc après le 30 juillet. Et si la rupture de l’ELA est présentée dans le cadre d’un plan global imposé par les créanciers, cela poserait le problème de l’indépendance de la BCE. Du reste, les Grecs préparent la riposte : selon le quotidien britannique DailyTelegraph, citant des sources proches de Syriza, Athènes pourrait lancer une plainte à la Cour de Justice de l’UE pour une « rupture des traités » de la part des institutions européennes.

Confrontation directe

Ce qui est certain, c’est que le défaut du 30 juin ne fait plus aucun doute désormais. Yanis Varoufakis, le ministre grec des Finances, a indiqué qu’il n’y aurait pas de nouvelle liste de réformes présentée par les Grecs lors de la réunion de l’Eurogroupe jeudi 18 juin. Chacun pense donc à l’après-défaut. Et tente de faire peur à l’autre camp. Progressivement, c’est une confrontation directe qui semble se mettre en place.

Cet article a été initiallement publié sur La Tribune.