EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

07/12/2016

Réunion d’urgence de la Commission Juncker sur le budget du Portugal

Euro & Finances

Réunion d’urgence de la Commission Juncker sur le budget du Portugal

Le collège des commissaires européens se réunit d’urgence vendredi, sur fond de crise concernant le budget du Portugal adopté sans l’aval de Bruxelles.C’est la première fois qu’un collège extraordinaire est organisé pour une question budgétaire.

Le gouvernement socialiste portugais a adopté jeudi son projet de budget pour 2016 sans attendre l’aval de Bruxelles, qui doit se prononcer vendredi sur les grandes lignes de ce document après avoir réclamé à Lisbonne davantage de mesures d’austérité. 

>>Lire : Bruxelles entame un bras de fer avec le Portugal

«Le projet de loi de finances pour 2016 a été approuvé en Conseil des ministres», a annoncé le gouvernement dans un bref communiqué. Les mesures budgétaires ne seront dévoilées que vendredi, après la remise du document au Parlement, a précisé à l’AFP un porte-parole gouvernemental.

Pour éviter de se retrouver en «situation particulièrement sérieuse de non conformité» avec les règles européennes, Lisbonne a dû négocier avec les autorités de Bruxelles une nouvelle mouture de son avant-projet de budget remis le 22 janvier. Mais il n’a pas obtenu l’aval de Bruxelles avant de l’adopter.

«Il reste encore du travail» avant de pouvoir annoncer un accord entre Lisbonne et Bruxelles, avait estimé jeudi matin le commissaire européen chargé de l’Economie, Pierre Moscovici, précisant que les propositions du Portugal pour amender son projet de budget allaient «dans le bon sens».

«La phase technique des discussions entre la Commission européenne et le gouvernement portugais est terminée, nous sommes entrés dans la phase politique», a fait valoir de son côté le chef du groupe parlementaire socialiste, Carlos César.

Confiant, le Premier ministre Antonio Costa avait assuré la veille que «le dialogue avec la Commission européenne s’est très bien déroulé» et «les problèmes ont été surmontés».

Cet optimisme a été cependant tempéré par Bruxelles. «Il y a un travail très substantiel de vérification (des dernières propositions, ndlr) par les équipes techniques en cours», a indiqué jeudi à l’AFP une source européenne. «La difficulté réside dans le fait que les équipes techniques et politiques doivent travailler parallèlement», a-t-elle ajouté.

L’exécutif portugais a accepté de revoir à la baisse son objectif de déficit public pour 2016, à 2,4% du Produit Intérieur Brut (PIB) contre 2,6% annoncés deux semaines auparavant, avait indiqué mercredi une source gouvernementale.

Le nouvel exécutif, allié à la gauche radicale, a aussi corrigé sa prévision de croissance économique à 1,9% pour cette année contre 2,1% précédemment, une estimation que Bruxelles avait jugée trop optimiste.

Selon la presse portugaise, Lisbonne serait désormais prête à réduire le déficit structurel (hors effets de conjoncture) de 0,4 point, contre 0,2 auparavant, grâce notamment à l’augmentation d’une taxe extraordinaire sur les banques et le secteur énergétique, ou encore une hausse de la taxe sur les carburants et sur les véhicules.

La Commission européenne doit se prononcer sur le budget à l’issue d’une réunion extraordinaire prévue vendredi après-midi.

Gardienne des traités européens, la Commission peut émettre «une opinion négative» sur un projet de budget -au cas où il ne respecte pas du tout les règles- ou simplement exprimer ses doutes.

La troïka des créanciers internationaux du Portugal (UE-BCE-FMI) s’est inquiétée jeudi des risques d’un «relâchement» des efforts budgétaires du pays, à l’issue de sa troisième mission de contrôle depuis la sortie du pays en mai 2014 d’un programme d’aide internationale de 78 milliards d’euros. 

Le contexte économique global est de surcroit tendu. La Commission a révisé à la baisse hier ses prévisions de croissance pour 2016, citant notamment l’impact de la crise des réfugiés.

>>Lire : La crise migratoire ralentit la croissance européenne