EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

11/12/2016

Tsipras appelle toujours à un allègement de la dette grecque

Euro & Finances

Tsipras appelle toujours à un allègement de la dette grecque

Angella Merkel et Alexis Tsipras.

Alexis Tsipras rappelle à ses partenaires européens l’allègement  de la dette allemande au lendemain de  la Seconde Guerre mondiale.

Le 8 août marquait le 63e anniversaire de l’accord de Londres sur la dette allemande (London debt agreement). À cette occasion, le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, appelle ses partenaires européens à revoir la dette grecque.

Le premier ministre grec a rappelé à ses collègues européens, via un message Facebook, l’allègement de la dette allemande après la Seconde Guerre mondiale, ainsi que la manière dont cette initiative a profité au pays.

L’accord de Londres pour la dette externe allemande, signé en 1953, a été signé afin de réduire la dette que la République Fédérale Allemande envers ses créditeurs.

Cette charte réduit de moitié les dettes de l’Allemagne datant d’avant la Seconde Guerre mondiale et échelonne le remboursement sur une durée de 30 ans. Ce traité permis à l’Allemagne de l’ouest de rapidement se remettre de sa défaite et de redevenir une puissance économique mondiale.

« En ce jour du 8 août 1953, une série de négociations entre l’Allemagne et ses créditeurs se conclue avec la signature de l’accord de Londres. L’Allemagne criblée de dettes et déchirée par la guerre a joui de l’ultime mesure de solidarité de l’histoire de l’Europe moderne en bénéficiant d’une réduction 60% de sa dette étrangère, d’une restructuration de sa dette interne et d’une clause d’excédent commerciaux », a souligné Tsipras , précisant la Grèce faisait partie des signataires de l’accord.

Syriza, dans l’opposition puis au pouvoir, a toujours soulevé la question d’une restructuration de la dette, a-t-il continué. Son appel a gagné en popularité, obtenant un résultat concret à la session de l’Eurogroupe de mai 2014.

L’accord d’Eurogroupe contient en effet des prévisions d’allègement de la dette grecque à la suite de l’expiration du dernier accord de sauvetage financier, en 2018, après les élections allemandes de 2017.

De son côté, le Fond monétaire international a annoncé qu’il n’apportera aucun soutien financier à la Grèce si l’Europe n’annonce pas clairement des mesures d’allègement de la dette grecque, afin de la rendre soutenable.

« L’Europe doit saisir cette opportunité et tourner son regard vers le future en signant un nouveau contrat social qui garantira le bien-être de ses citoyens », a ajouté Alexis Tsipras.

Dans une interview avec le Financial Times, Jack Lew, ministre des Finances américain, stipule que le problème de la dette grecque devrait être résolu, pour que le pays contribue à la stabilisation de la région.

« J’espérerais que [la crise migratoire] changerait le climat dans lequel se déroulent les discussions traitant de l’allègement de la dette, parce qu’il s’agit de la meilleure décision, en particulier étant donné l’importance géopolitique de la Grèce en ce moment, il est important de renforcer leur future fiscal », a expliqué Jack Lew. « Pour créer une Grèce solide, il faut renforcer ses fondations. »

 

Prochaines étapes

  • September 2016: The second assessment of Greece's third bailout is expected to be completed

Plus d'information