EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

28/08/2016

La Commission dénonce le référendum hongrois sur les quotas de migrants

Europe centrale

La Commission dénonce le référendum hongrois sur les quotas de migrants

Victor Orbán

[EPP/Flickr]

La Hongrie prépare un référendum sur les quotas de migrants, auxquels le pays est opposé. Pour la Commission, cette décision pourrait être contraire à l’accord conclu par le Conseil.

Le référendum sur les quotas de migrants annoncé par le premier ministre hongrois ne passe pas à Bruxelles.

Le gouvernement hongrois a en effet annoncé son intention d’organiser un référendum sur le système de quotas obligatoires pour l’accueil des migrants, mis en place par l’UE après un accord au Conseil des ministres.

>> Lire : L’UE adopte la répartition des réfugiés sans l’accord de l’Est

Viktor Orbán avait voté contre ces quotas, comme ses homologues slovaque et tchèque. Selon lui, cette mesure redessinerait le paysage ethnique, culturel et religieux de la Hongrie et de l’Europe. Il a qualifié le référendum, le premier de ce type, de test majeur pour la démocratie européenne.

« Nous ne pouvons pas décider d’ignorer la volonté du peuple pour des décisions qui changerait leur vie et détermineraient la vie des générations à venir, puisque les quotas modifieront les profiles ethniques, culturels et religieux de la Hongrie et de l’Europe », a-t-il assuré lors d’une interview avec le journal allemand Bild, dont une traduction a été publiée sur le site du gouvernement.

La Commission a décidé de se pencher sur ce référendum et attend des clarifications de la part de Budapest. « Nous ne comprenons pas comment ce référendum s’intègrerait au processus de décision accepté par tous les États membres, y compris la Hongrie, dans le cadre des traités », a déclaré Natasha Bertaud, porte-parole de la Commission.

En septembre dernier, les gouvernements européens ont décidé que 160 000 migrants, pour la plupart arrivés en Grèce ou en Italie, seraient redirigés vers d’autres États membres dans les deux ans à venir, selon des quotas par pays.

>> Lire : Hongrie et Bulgarie vont être partiellement exemptées de l’effort de solidarité sur les migrants

Les pays du groupe de Visegrád, et particulièrement la République tchèque, la Slovaquie et la Hongrie, s’étaient battus contre cette mesure. Budapest prétend à présent que celle-ci est contraire aux règles européennes.

La Slovaquie a été jusqu’à lancer une action en justice contre le système de quotas, arguant qu’il aurait fallu décider à l’unanimité, et non à la majorité qualifiée, comme ça a été le cas.

>> Lire aussi : Le plan secret d’Orbán pour arrêter les réfugiés