EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

02/12/2016

Slovaquie, Hongrie, Roumanie et Bulgarie lancent un nouveau gazoduc

Europe centrale

Slovaquie, Hongrie, Roumanie et Bulgarie lancent un nouveau gazoduc

Mirek Topolánek [European Commission]

Les quatres pays de l’Est ont signé une déclaration commune en faveur de la construction d’un gazoduc baptisé Eastring. Il devrait relier l’Europe centrale au sud-est du continent.

Lors d’un entretien exclusif avec EurActiv, Mirek Topolánek, ancien Premier ministre de la République tchèque, a expliqué le projet en détail.

Eastring est un projet de gazoduc envisageant deux options : une version de 832 kilomètres traversant la Slovaquie, la Hongrie, et la Roumanie, et une autre de 1274 kilomètres, par la Bulgarie

>> Lire : La Hongrie et la Slovaquie relient leurs réseaux gaziers

L’un des avantages de ce projet est qu’il utilise des infrastructures existantes, Eustream, en Slovaquie, qui ont été complètement rénovées après la crise du gaz de 2009.

Eustream a été conçu pour transporter du gaz dans les deux sens et a une capacité de 20 milliards de mètres cubes par an sur le premier tronçon et 40 milliards de mètres cubes sur le second. D’un côté, les sources de gaz potentielles sont l’Azerbaïdjan, le Turkménistan, l’Irak, Chypre et la Russie. De l’autre, les plateformes gazières d’Europe occidentale. Le premier tronçon du gazoduc devrait être construit en 2018, un objectif optimiste.

Au moment de l’interview, il n’était pas encore certain que la Bulgarie et la Roumanie se joignent au projet./EurActiv a pu obtenir une copie du mémorandum signé par les ministres de Affaires étrangères des quatre pays, dans lequel Eastring n’est toutefois pas clairement cité.

« Les parties à ce document déclarent par la présente leur soutien à la mise en œuvre de l’interconnexion et de la capacité bidirectionnelle d’infrastructures existantes pour la livraison de gaz naturel sur les territoires de la République de Bulgarie, la Roumanie, la Hongrie et la République slovaque, ainsi que la mise en place d’efforts communs pour trouver de nouvelles sources [d’approvisionnement en gaz] et routes pour la diversification. Le document présent énonce uniquement une volonté politique. Aucune disposition de cette déclaration ne doit être interprétée et appliquée par la création d’engagements ou de droits légaux pour les États parties », stipule le document.

Plus d'information