EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

26/09/2016

EuroMaidan en lice pour le prix Sakharov

Europe de l'Est

EuroMaidan en lice pour le prix Sakharov

Manifestants à la place Maidan. Kiev, janvier 2014. [Sasha Maksymenko/Flickr]

Le mouvement ukrainien EuroMaidan,  à l’origine de la chute du régime de Viktor Ianoukovitch, fait partie des candidats sélectionnés par le Parlement européen pour le prix Sakharov pour la liberté de l’esprit. Le vainqueur sera connu en octobre.

Comme chaque année, le Parlement européen met à l’honneur la liberté d’expression. Pour l’édition 2014, l’eurodéputé polonais Jacek Saryusz-Wolski, vice-président du Parti populaire européen (PPE), et 52 autres eurodéputés ont proposé EuroMaidan. Le mouvement ukrainien pro-européen est représenté par le journaliste Mustafa Nayem, ainsi que la musicienne et gagnante de l’Eurovision Ruslana Lyshychko, l’activiste Yelyzaveta Schepetylnykova et la journaliste Tetiana Chornovol.

Jacek Saryusz-Wolski, qui s’est investi personnellement pour donner au prix Sakharov le même prestige que le prix Nobel, propose régulièrement des candidats, dont plusieurs sont devenus des lauréats.

Voici la liste des autres candidats dans l’ordre alphabétique pour l’édition 2014 :

  • Mahmoud Al’Asali, professeur de droit à l’Université de Mossoul qui a défendu les droits des chrétiens et a été tué en juillet dernier et Louis Raphael Sako, né en Irak et patriarche de l’Église catholique chaldéenne. Tous deux ont été nominés pour leur défense de la liberté religieuse dans le pays par le groupe des Conservateurs et réformistes européens, Anna Záborská et 66 autres députés.
  • Les rappeurs Mouad Belghouate (également connu sous le nom de El Haqed au Maroc) et Ala Yaacoubi (Weld El en Tunisie) ainsi que le blogueur égyptien et activiste politique Alaa Abdel Fattah ont été nominés par le groupe de la Gauche unitaire européenne / Gauche verte.
  • Les organisations pour la protection des minorités chrétiennes dans différentes parties du monde CHREDO, Portes Ouvertes, Œuvre d’Orient et Aide à l’Église en détresse ont été nominées par Philippe Juvin et 60 autres députés.
  • L’activiste américaine Ayaan Hirsi Ali, née en Somalie, défenseuse des droits des femmes dans les sociétés islamiques et connues pour son opposition aux mutilations génitales féminines a été nominée par le groupe Europe de la liberté et de la démocratie directe.
  • Denis Mulwege, un gynécologue congolais spécialisé dans le traitement des victimes de viol et fondateur de l’hôpital Panzi à Bukavu (RDC) a été désigné par le groupe de l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates (S&D) et le groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe ainsi que par Barbara Lochbihler.
  • Leyla Yunus, activiste des droits de l’Homme et directrice de l’Institut de la paix et de la démocratie emprisonnée en Azerbaïdjan a été sélectionnée par le groupe des Verts/Alliance libre européenne ainsi que par les eurodéputés libéraux Alexander Graf Lambsdorff, Marietke Schaake et Ramon Tremosa.

Si certaines sélections ont suscité des divisions au sein des partis du Parlement européen dans le passé,  toutes les grandes familles politiques européennes soutiennent le rapprochement de l’Ukraine vers l’Europe. La récente ratification de l’accord d’association entre l’UE et l’Ukraine des eurodéputés en est l’illustration. Les députés qui se sont opposés à cet accord commercial sont en grande partie membres des partis d’extrême gauche et d’extrême droite.

Le prix Sakharov, qui tire son nom du scientifique soviétique et dissident Andreï Sakharov, a été créé en 1988 par le Parlement européen. Voici les lauréats des cinq dernières années : l’association russe de défense des droits de l’homme Memorial (2009), l’opposant cubain Guillermo Fariñas (2010), les activistes du Printemps arabe (2011), l’avocate iranienne emprisonnée Nasrin Sotoudeh et le cinéaste iranien Jafar Panahi (2012), et finalement la jeune Pakistanaise Malala Yousafzai (2013).

>> Lire : Sept finalistes contrastés pour le prix Sakharov 2013

Les manifestations de l’EuroMaidan ont débuté en novembre quand le président de l’époque Viktor Ianoukovitch a refusé de signer l’accord d’association, préférant se rapprocher de la Russie. Même si Maidan est la place principale de Kiev, les manifestations EuroMaidan ont également eu lieu dans d’autres villes.

Contre toutes attentes, les manifestations se sont poursuivies au cours de l’hiver, même si les forces spéciales progouvernementales Berkut ont tenté avec force d’arrêter les protestations. L’EuroMaidan a été considéré à plusieurs reprises comme un symbole politique majeur pour l’Union européenne. Certains qualifient ces manifestations de « plus grand rassemblement proeuropéen de l’histoire ».

Le mouvement proeuropéen a toutefois été accusé de tolérer des groupes marginaux considérés en grande partie comme des extrémistes, à l’instar du Secteur droit. Le mouvement a débuté pacifiquement, mais ne s’est pas terminé de la même manière.

La cérémonie de remise du prix aura lieu à Strasbourg le 10 décembre, le jour où la Déclaration universelle des droits de l’Homme des Nations unies a été signée en 1948.

Contexte

Depuis 1988, le Parlement européen décerne chaque année le prix Sakharov pour la liberté de l'esprit à des personnes ou des organisations qui ont fortement contribué aux droits de l'Homme ou à la démocratie.

Une récompense de 50 000 euros est attribuée au lauréat.

Andrei Sakharov dont le nom est à l'origine du « prix européen pour la liberté d'esprit » était un dissident et physicien soviétique qui « a tenté d'attirer l'attention sur les dangers de la course aux armes nucléaires ».Il a défendu des prisonniers et victimes de procès politiques.

Le prix Nobel de la paix lui a été décerné en 1975, mais le Russe n'a pas pu quitter l'Union soviétique pour aller le chercher.

Prochaines étapes

  • Octobre : le Parlement annoncera le lauréat
  • 10 déc. : cérémonie de remise des prix à Strasbourg

Plus d'information