EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

05/12/2016

La Hongrie muscle sa stratégie de protection des frontières

Europe de l'Est

La Hongrie muscle sa stratégie de protection des frontières

Viktor Orbán, Premier ministre hongrois.

Les passeurs aident quotidiennement des centaines de personnes à traverser la frontière entre la Hongrie et l’Autriche. Prenant exemple sur son voisin, Budapest a renforcé le contrôle de ses frontières. Un article d’EurActiv Allemagne.

Depuis quelques temps, les autorités autrichiennes comptabilisent jusqu’à 500 personnes par jour, qui se rendent dans le pays depuis la Hongrie à l’aide des passeurs ou qui essaient de voyager sans papiers. Pour freiner cette tendance, le ministère de l’Intérieur a indiqué que les mesures de protection des frontières allaient être renforcées.

Chaque véhicule doit au moins passer par une inspection visuelle et, en cas de situation suspecte, un contrôle minutieux. Pour répondre à ces nouvelles directives, les douaniers hongrois ont commencé à arrêter les véhicules, provoquant 30 kilomètres d’embouteillage et un temps de voyage rallongé de trois heures.

>> Lire : La Hongrie qualifie la crise des réfugiés d’« exode massif »

Contrairement à l’Autriche, la Hongrie ne dispose pourtant pas d’une autorisation pour contrôler les frontières au sein de l’espace Schengen. Le ministre de l’Intérieur autrichien, Wolfgang Sobotka, a donc immédiatement convoqué János Perényi, ambassadeur hongrois, pour obtenir des explications, qui se sont révélées embarrassées.

Il y aurait eu un malentendu : des mesures de contrôle plus sévères ont été exigées en Hongrie, les directives auraient donc été accidentellement appliquées sur l’autoroute près de Hegyeshalom. Le bureau du Premier ministre hongrois, Viktor Orbán, a confirmé que les problèmes auraient été résolus. La circulation aux frontières a en effet repris sans problème. Officiellement, il n’est cependant pas exclu que les contrôles aux frontières sévissent à nouveau en cas de besoin.

Budapest s’efforce malgré tout de faire avancer la coopération avec Vienne, convenue il y a seulement deux semaines. Le ministre de l’Intérieur autrichien rencontrera à nouveau des représentants haut placés dans une quinzaine de jours. Il est certes assuré que la Hongrie ne récupérera pas de réfugiés en raison de l’accord de Dublin. Or, les réfugiés commencent à pénétrer illégalement par les frontières serbes et se voient expulsés sans procédure établie. Actuellement, ils seraient environ 150 quotidiennement. En outre, les autorités prévoient de renforcer la barrière en Serbie et en Croatie.

>> Lire : La Hongrie annonce un référendum sur les quotas de migrants

Les ministres de l’Intérieur européens se sont réunis le 7 juillet à Bratislava pour réfléchir notamment aux questions des réfugiés et du droit d’asile. Après que la Slovaquie a pris la présidence tournante de l’UE pour le deuxième semestre 2016, la capitale slovaque est devenu le théâtre d’un échange d’idées entre tous les ministres de l’Intérieur sur les problématiques actuelles.

Il ne faut toutefois pas s’attendre à des décisions communes, puisqu’il existe des différences de point de vue, insurmontables pour le moment, entre les pays d’Europe centrale et le reste de l’UE.

>> Lire : La présidence slovaque compte réconcilier l’est et l’ouest

La conférence se retrouve en outre au second plan, avec la survenue d’un autre événement en Slovaquie. L’opposition a en effet présenté une motion de censure contre le Premier ministre slovaque, Robert Fico. Cette remise en question s’explique par l’affaire de corruption dans laquelle le ministre de l’Intérieur, Robert Kalinak, serait impliqué. Celui-ci est cependant protégé par son parti et le chef du gouvernement.