EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

23/01/2017

L’Estonie plaide pour une présence permanente de l’OTAN dans les pays baltes

Europe de l'Est

L’Estonie plaide pour une présence permanente de l’OTAN dans les pays baltes

Pour répondre aux inquiétudes des voisins de la Russie, l'OTAN a renforcé ses capacités en Europe de l'Est.

Crédit : [BPTU / Shutterstock.com]

Préoccupé par les exercices militaires russes à la frontière et le conflit en Ukraine, le président estonien Toomas Hendrik Ilves a réclamé une présence permanente de troupes de combat de l’OTAN dans les pays baltes, dans une interview donnée au Telegraph.

L’invasion de la Crimée par la Russie et le soutien de Moscou aux séparatistes prorusses de l’est de l’Ukraine ont profondément inquiété la Lituanie, la Lettonie et l’Estonie, devenues en 2004 membres de l’Union européenne et de l’OTAN après un demi-siècle d’occupation soviétique jusqu’au début des années 1990.

« Nous avons vu une augmentation spectaculaire des vols militaires » et « observé des exercices militaires d’ampleur à nos frontières », a affirmé le président estonien dans le quotidien britannique, en demandant le déploiement permanent d’au moins une brigade de l’OTAN dans les pays baltes.

Quelque 150 soldats de l’alliance transatlantique sont actuellement stationnés en Estonie, mais de manière provisoire, un accord signé entre la Russie et l’OTAN en 1997 interdisant le déploiement de troupes permanentes.

« 150 soldats, ce n’est pas énorme. Nous pensons qu’il serait raisonnable d’en déployer davantage », a estimé le président estonien en soulignant que l’« environnement sécuritaire » avait évolué depuis 1997.

>> Lire : La Lettonie compte sur l’OTAN pour se protéger de la Russie

Pour répondre aux inquiétudes des voisins de la Russie, l’OTAN a renforcé ses capacités en Europe de l’Est. Elle a déployé pour trois mois en mars 3.000 soldats américains dans les pays baltes, renforcé la défense de son flanc oriental avec la création d’une nouvelle force de 5.000 hommes et décidé de créer un centre de commandement en Bulgarie.

Mais pour Toomas Hendrik Ilves, les troupes de l’OTAN auraient un temps de retard en cas d’agression militaire.

« Elles arriveraient en quoi, une semaine? Cinq jours? Mais si vous regardez les exercices faits par nos voisins, c’est là, tout de suite. Ils sont déjà là et tout peut être fini en quatre heures », dit-il.

Le renforcement du dispositif militaire de l’OTAN dans les pays baltes a également été demandé par le Premier ministre pro-occidental de l’Estonie Taavi Roivas, ainsi que par ses homologues letton et lituanien.