EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

27/08/2016

L’UE pourrait diviser sa consommation de gaz par deux d’ici 2030

Europe de l'Est

L’UE pourrait diviser sa consommation de gaz par deux d’ici 2030

Manifestations contre le gouvernement à Kiev en Ukraine. La crise ukrainienne a montré le degré de dépendance de l’UE vis-à-vis du gaz de schiste.

Une moindre consommation de gaz permettrait de réduire les émissions de gaz à effet de serre, selon une étude. Au prix d’efforts considérables en matière d’efficacité énergétique.

La question de l’indépendance énergétique de l’Union est devenue prioritaire depuis le déclenchement de la crise ukrainienne. Or des mesures efficaces dans les infrastructures énergétiques, l’industrie et les bâtiments seraient, d’une part, une bonne chose pour l’environnement et, d’autre part, pour la sécurité énergétique, selon une étude publiée par Ecofys.

Il serait possible selon les auteurs de l’étude de diminuer de 49 % les émissions carbonées par rapport au niveau des années 1990 ce qui serait un résultat qui irait bien au-delà des projections prévues dans le cadre énergie-climat 2030.

Les dirigeants européens se retrouveront le 23 et 24 octobre prochains afin de trouver un accord sur le projet, qui prévoit une réduction de 40 % des gaz à effet de serre, une amélioration de 30% de l’efficacité énergétique et une augmentation de la part des énergies renouvelables de 27 % dans le mix énergétique européen.

 >> Lire : Les objectifs climat-énergie pour 2030 de chaque État membre enfin révélé

La sécurité énergétique sera également inscrite à l’ordre du jour du Conseil européen des 23 et 24 octobre. La crise ukrainienne a en effet brutalement mis au jour la dépendance européenne vis-à-vis du gaz russe et de nombreux pays, dont la Bulgarie, l’Estonie, la Finlande, la Lettonie, la Lituanie et la Slovaquie, sont complètement dépendants des importations en gaz en provenance de la Russie.

Ainsi, la crainte que la Russie, de par son monopole étatique via Gazprom, réévalue le prix du gaz à la hausse ou tout simplement coupe les vannes, a largement contribué à la lente réaction de l’UE dans la crise ukrainienne.

Le gaz de schiste n’est pas une solution

Selon les auteurs de l’étude, il y a peu de chances que l’UE augmente sa production de gaz, même avec l’essor du gaz de schiste. Certains États membres, notamment la Pologne, mènent actuellement des études exploratoires en vue d’exploiter le gaz de schiste.

Mais l’étude indique que des facteurs tels que les coûts liés à production, l’impact sur l’environnement, la taille des réserves et le développement technologique inadapté pourraient empêcher l’UE d’avoir une production conséquente en gaz de schiste avant 2030.

Des mesures ambitieuses à prendre

Le rapport compare le potentiel des mesures aux prévisions actuelles de l’UE.

Une réduction de 58 % de la consommation en gaz par les bâtiments d’ici 2030 représenterait l’équivalent de 23 % du gaz naturel actuellement consommé par l’UE. Pour cela, dit le rapport, il faudrait améliorer l’isolation, les systèmes de chauffages et augmenter la part des énergies renouvelables.

Une diminution de 20 % de la consommation en gaz par l’industrie représenterait une baisse de 5 % de la consommation en gaz naturel actuelle. Un tel objectif pourrait être atteint en renforçant la production combinée de chaleur et d’électricité, en assurant un meilleur dispositif de chauffage et en perfectionnant les systèmes de conduite électrique.

Sur la base d’une croissance réaliste, la consommation pour produire de l’énergie pourrait être diminuée de 63 %, soit 19 % de la consommation totale du gaz naturel de l’UE, et ce, grâce à l’augmentation de la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique de l’Union.

Alors que l’objectif proposé par l’UE est de porter la part des énergies renouvelables à 27 % d’ici 2030, l’analyse d’Ecofys avance que cette projection ne fait que suivre la tendance actuelle constatée du développement de la filière du renouvelable. Ce qui signifie qu’il existerait une large marge de manœuvre pour un développement plus important des énergies renouvelables, affirment les auteurs. 

Europe's natural gas dependency in 2012 and under future scenarios. [Ecofys]Europe’s natural gas dependency in 2012 and under future scenarios. [Ecofys]

Ecofys fait partie du réseau Open Climate,  une organisation qui regroupe des instituts de recherche indépendants et des groupes issus de la société civile. L’Institut des ressources mondiales (WRI) est son secrétariat.

« Cette étude montre que l’UE peut couper ses importations en gaz naturel de moitié sans avoir à faire répercuter le coût sur les consommateurs » affirme Jennifer Morgan, directrice du programme énergie et climat au sein du WRI.

« C’est une approche gagnant-gagnant pour l’UE qui permettrait d’augmenter sa sécurité énergétique et renforcer son action sur le climat » poursuit-elle.

La Russie et l’Ukraine se sont mis d’accord sur les fondements d’un contrat en vue de trouver une solution au conflit qui les oppose sur l’approvisionnement en gaz, a indiqué le président ukrainien, Petro Porochenko, après avoir rencontré Vladimir Poutine et les dirigeants français et allemands le 17 octobre dernier. 

 

Contexte

Pour 2030, le cadre énergie-climat prévoit :

  • une réduction de 40 % des gaz à effet de serre par rapport au niveau de 1990, obligatoire à l'échelle nationale et qui ne peut être atteint par l'utilisation de crédits carbone ;
  • l'utilisation de crédits carbone en vue de respecter de nouveaux engagements internationaux sur le climat ;
  • un objectif portant à 27 % la part des énergies renouvelables, contraignant pour l'ensemble de l'Union, mais pas à l'échelle nationale ;
  • aucun nouvel objectif en matière d'efficacité énergétique avant l'examen en juin 2014 des avancées sur la directive sur l'efficacité énergétique ;
  • des recommandations non contraignantes sur le gaz de schiste qui pourraient devenir obligatoires en 2015 ;
  • une réserve de stabilité du marché pour le système européen d’échange de quotas d’émissions (ETS) capable de retirer ou de libérer jusqu’à 100 millions de crédits carbone ;
  • et l’arrivée à échéance de la directive sur la qualité des carburants d'ici 2020, qui impose une réduction de 6 % de l'intensité de gaz à effet de serre des combustibles de l'UE. 

Prochaines étapes

  • 23-24 octobre : réunion du Conseil européen. 

Plus d'information

Ecofys

Commission européenne

Conseil européen