EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

25/09/2016

L’Ukraine interdit Euronews sur son territoire

Europe de l'Est

L’Ukraine interdit Euronews sur son territoire

L'oligarque ukrainien proche de Moscou, Dmytro Firtash, détient Euronews Ukraine.

(Crédit : Marco Residori / Flickr )

Alors que les dirigeants européens discutent de la façon de contrecarrer la propagande russe, un oligarque ukrainien proche de Moscou a racheté les services ukrainiens d’Euronews. Kiev a donc décidé de retirer la licence de diffusion de la chaine.

L’Union européenne est censée lancer la première opération d’une guerre des médias avec la Russie après la validation de la campagne de anti-propagande lors du Conseil européen. 

>> Lire : L’UE manque d’armes face à la propagande du Kremlin

Euronews est un média privé qui a reçu de nombreux fonds européens ces dernières années.

Selon un communiqué de presse cité par le site internet TeleKritika, le directeur général adjoint de la National Telecompany d’Ukraine parle de « problèmes juridiques » autour du service ukrainien d’Euronews.

L’édition ukrainienne d’Euronews a ouvert en 2009, grâce à des financements publics. En février dernier, un investisseur égyptien, Naguib Sawiris, a acheté 53 % des parts d’Euronews, et le 13 mars, Inter Media Group, une société détenue par l’oligarque ukrainien, Dmytro Firtash, a racheté l’antenne ukrainienne.

Le service ukrainien doit payer 5,5 millions d’euros de licence chaque année et enregistre une dette de 10,8 millions d’euros, accumulée jusqu’au rachat par Inter Media Group.

En février 2013, Dmytro Firtash a acheté Inter Media Group Ltd, qui détient 8 chaines télé, pour la somme de 2,5 milliards d’euros à l’ancien premier ministre adjoint, Valeriy Khoroshkovskiy, qui était en charge des services secrets du président de l’époque, Viktor Ianoukovitch.

Dmytro Firtash attend d’être extradé aux États-Unis pour fraude et corruption. Arrêté en mars 2014 en Autriche, il a été relâché après avoir payé une caution de 125 millions d’euros, le montant le plus élevé de l’histoire juridique de l’Autriche. L’oligarque est obligé de rester à Vienne et sera extradé aux États-Unis dans les prochaines semaines.

Dans une récente interview donnée à Euronews, Dmytro Firtash a clairement exposé ses opinions politiques, comme si elles avaient été approuvées par le président russe, Vladimir Poutine.

Pour les spécialistes des médias ukrainiens, le service local d’Euronews risque de ne pas générer assez de recettes publicitaires et donc de ne pas être viable.

« À partir de maintenant, les nouvelles venant d’Ukraine seront uniquement gérées par le groupe Firtash. Ils ont besoin de manipuler tel ou tel évènement, en Ukraine ainsi qu’en Europe », aurait déclaré le directeur général de la télévision nationale ukrainienne. 

Contexte

La Lettonie, à la présidence tournante du Conseil depuis le 1er janvier, entend contrer la propagande du Kremlin en lançant une offensive médiatique. Une chaîne de télévision en russe pourrait ainsi être créée, entre autres médias de qualité et indépendants.

>> Lire : La Lettonie prépare une chaîne télé en russe pour contrer la propagande de Moscou

Johannes Hahn, commissaire chargé de la politique européenne de voisinage, a assuré le 1er décembre que l'exécutif européen est conscient de l'intensification de la propagande russe dans le contexte de la crise ukrainienne et sait comment y faire face.

>> Lire : La Commission remonte ses manches face à la propagande russe

Plus d'information