EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

23/01/2017

L’Ukraine prête à «payer le prix» de son rapprochement avec l’UE

Europe de l'Est

L’Ukraine prête à «payer le prix» de son rapprochement avec l’UE

Jean-Claude Juncker et Petro Poroshenko. Bruxelles, 16 décembre. [European Council]

Le président ukrainien Petro Porochenko a promis de mettre en œuvre la zone de libre-échange entre son pays et l’Union européenne, qui doit entrer en vigueur le 1er janvier prochain, malgré la mesure de rétorsion prise par Moscou.

 « Nous sommes prêts à payer le prix pour notre liberté et notre choix européen », a lancé Petro Porochenko avant de rencontrer les dirigeants européens Donald Tusk et Jean-Claude Juncker. Il a reconnu que la suspension par Moscou des tarifs préférentiels sur les échanges russo-ukrainiens, décidée en représailles, allait porter préjudice à l’économie ukrainienne. 

Cet accord avait été signé le 27 juillet 2014, dans le cadre de l’accord d’association entre les 28 et l’Ukraine.

>> Lire : Juncker encourage Porochenko à poursuivre les réformes

De son côté, la Russie a décidé de suspendre sa zone de libre-échange avec l’Ukraine à partir du 1er janvier, date prévue de l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange UE-Ukraine, selon un décret signé mercredi par le président Vladimir Poutine

Cette décision, qui n’est pas une surprise dans un contexte de crise sans précédent entre Kiev et Moscou, est prise en raison de « circonstances portant atteinte aux intérêts et à la sécurité économique de la Fédération de Russie »,  souligne ce décret.

Les marchandises en provenance du territoire ukrainien seront donc désormais soumises à des droits de douane à la frontière.

La Russie ne cesse de répéter qu’avec l’accord de libre-échange entre Kiev et Bruxelles, elle risque d’être inondée de produits européens si elle ne prend pas des mesures de protection commerciale, ce que réfute la Commission européenne.

 « Notre position est ferme et claire. À partir du 1er janvier, la zone de libre-échange sera pleinement en vigueur entre l’Ukraine et l’UE », a martelé le président ukrainien.

>> Lire : « La guerre pour l’indépendance de l’Ukraine se poursuit » affirme Petro Porochenko

Énième réunion de la dernière chance

Une réunion « de la dernière chance » entre le ministre des Affaires étrangères ukrainien, Pavlo Klimkine, le ministre russe de l’Économie, Alexeï Oulioukaïev, et la Commissaire européenne au commerce, Cecilia Malmstrom, doit toutefois se tenir lundi à Bruxelles, a souligné Jean-Claude Juncker.

Rappelant que l’UE ferait également démarrer la zone de libre-échange au 1er janvier, le président de la Commission européenne a regretté les « menaces de mesures de rétorsion », sans toutefois nommer Moscou.

Une vingtaine de réunions au niveau technique et ministériel ont été organisées ces deux dernières années sous l’égide de l’UE.

 « La Russie n’a pas tenté de trouver une solution de compromis », a accusé Petro Porochenko. « Son objectif est juste d’émettre un veto contre la zone de libre-échange et de faire échouer le processus d’intégration économique progressive entre l’Ukraine et l’Union européenne. » 

>> Lire aussi : L’Ukraine compare la signature d’un pacte avec l’UE à la chute du mur de Berlin

Plus d'information