EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

31/08/2016

La Lettonie prépare une chaîne télé en russe pour contrer la propagande de Moscou

Europe de l'Est

La Lettonie prépare une chaîne télé en russe pour contrer la propagande de Moscou

Viktors Makarovs [Georgi Gotev]

La Lettonie, qui occupe la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne depuis le 1er janvier, a l’intention de lancer une chaîne TV en langue russe pour contrecarrer la propagande du Kremlin, avec le soutien de l’Union européenne.

Viktors Marakrovs, conseiller du ministre des affaires étrangères letton, Edgars Rink?vi?s, espère que le lancement de cette chaîne télévisée, qui sera l’alternative aux programmes russes, pourra être annoncé dans le courant du mois de mai.

Environ 40 % des Lettons sont russophones et regardent régulièrement les chaînes de télévision russes telles que RBK Ren TV, RTR Planeta ou encore NTV Mir.

Depuis un certain temps, la Lettonie et sa population sont de plus en plus visées par la propagande russe, ce dont se plaignent les autorités. Ilze Juhansone, la représentante permanente lettone à l’UE, a récemment déclaré qu’il était de « la responsabilité de l’État » de proposer une autre vision des faits.

>> Lire : La Lettonie dénonce la propagande russe sur son territoire

« Si vous comparez la propagande actuelle à celle de l’ère soviétique, la différence est qu’aujourd’hui les chaînes russes jouent avec les sentiments et les émotions de la population », a constaté Viktors Makarovs, qui reconnait que la méthode qu’emploie Moscou est beaucoup plus efficace qu’à l’époque soviétique. Selon lui, les chaînes russes véhiculent l’idée que la cohabitation entre les habitants parlant letton et ceux qui parlent russe n’est plus possible.

Viktors Makarovs déplore que la plupart des chaînes russes diffusées en Lettonie enregistrent leurs émissions au Royaume-Uni et en Suède et que les régulateurs de ces pays ne prêtent aucune attention au contenu et ne fasse pas pression sur les organismes de diffusion. Il suggère donc que si un média veut diffuser ses émissions dans un pays spécifique, elles devront être enregistrées dans ce même pays.

Pour faire face à la propagande russe, le conseiller letton souhaiterait créer « une alternative techniquement comparable », à savoir une chaîne de télévision généraliste proposant des programmes de grande qualité. En ce sens, la chaîne se différencierait largement de la version russe d’Euronews, qui n’est qu’une chaîne d’informations, a-t-il expliqué.

Le but n’étant pas de remplacer la propagande russe par celle de Bruxelles, l’indépendance éditoriale de la chaîne télévisée sera garantie.

Selon Viktors Marakrovs, même si la Lettonie voudrait que ce projet soit mené à bien par l’Union européenne, l’issue la plus probable est un financement partiel de la Commission européenne, un cofinancement par des « pays concernés » et une participation volontaire de pays tels que la Suède ou le Danemark qui désirent faire partie du projet.

>> Lire : La Commission remonte ses manches face à la propagande russe

La prochaine étape consistera à réunir des experts indépendants afin de soumettre des propositions d’ici le mois d’avril. Suite à cela, une décision politique devra être prise en mai.

Interrogé sur la possibilité de se pencher sur d’autres supports médiatiques que la télévision pour contrer la propagande russe, Viktors Makarovs n’a pas hésité à déclarer que la radio pourrait être envisagée. Néanmoins, il ne voit pas l’intérêt d’intégrer les médias en ligne dans ce projet étant donné que la plupart des journaux lettons en ligne proposent déjà une version russe.