EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

28/07/2016

La Russie promet monts et merveilles à l’Ukraine

Europe de l'Est

La Russie promet monts et merveilles à l’Ukraine

Ambassador Chizhov_4.jpg

EXCLUSIF / L’ambassadeur russe auprès de l'UE explique à EurActiv lors d’un entretien qu’une adhésion à part entière de l’Ukraine à l’Union eurasienne ou à l’Union douanière de la Russie serait plus avantageuse pour Kiev.

L'ambassadeur de la Russie à Bruxelles est formel. Il est de l'intérêt de l'Ukraine de rejoindre l'Union douanière avec son pays, mais aussi la Biélorussie et le Kazakhstan, plutôt que de se rapprocher de l'Europe. Selon Vladimir Chizhov, cette association déboucherait sur une union économique eurasienne d'ici la fin de l'année prochaine.

L'ambassadeur russe estime également que la Russie propose à l'Ukraine, à la Moldavie et à la Géorgie une adhésion à part entière à l'Union douanière et à l'union eurasienne.

« L'UE n'a jamais proposé à l'Ukraine ou à tout pays du Partenariat oriental une adhésion à part entière, ou même la perspective d'une adhésion », affirme-t-il.

L’économie du pays rencontrerait des difficultés dans le cas d’un accord de libre-échange avec l'UE, car les produits ukrainiens ne répondent pas aux normes européennes.

Selon l'ambassadeur, la Russie devrait également renforcer les contrôles frontaliers avec ses voisins du sud. Objectif : se protéger contre l'afflux massif de produits de l'UE non soumis à des droits de douane, qui pourraient « nuire » aux intérêts de Moscou.

« Nous essayons d'ouvrir les yeux de tous sur les opportunités de l'adhésion à l'Union douanière. Et sur les risques que peuvent impliquer certaines obligations en tant que membres associés avec l'UE », explique le diplomate russe.

Il ajoute que, même si Kiev signe un accord d'association avec l'Union européenne au cours du sommet du Partenariat oriental à Vilnius en novembre, le prochain Parlement ukrainien pourrait ne pas le ratifier.

« Nous estimons que la décision unanime du gouvernement ukrainien de signer [l’accord d'association] ne refléterait pas complétement les différentes opinions de la population ukrainienne », déclare le diplomate russe.

Échec de la politique de l'UE

Vladimir Chizhov condamne les politiques de l'UE envers l'Ukraine et les autres pays du Partenariat oriental : l'Arménie, l'Azerbaïdjan, la Biélorussie, la Géorgie et la Moldavie.

Selon le diplomate, les deux premiers sommets du Partenariat oriental « sont presque passés inaperçus dans les cercles de l'opinion publique, sauf peut-être dans les pays concernés, et n'ont pas livré beaucoup de résultats ».

Il souligne que le Partenariat oriental ne concerne pas six pays, mais trois. L'Ukraine, la Moldavie et la Géorgie souhaitent nouer des liens plus étroits avec l'Union européenne.

Mais l'Arménie en a déjà « décidé autrement ». L'Azerbaïdjan n'était pas intéressé dès le départ et la Biélorussie n'a jamais eu l'espoir de signer cet accord.

Le président arménien, Serge Sarkissian, a annoncé en septembre que l'Arménie rejoindrait l'Union douanière, avec la Russie. Les responsables politiques de l'UE estiment que cette décision marque la fin de l'intégration du pays avec l'UE.

Vladimir Chizhov précise que le Kirghizstan et le Tadjikistan sont candidats à l'adhésion à l'Union douanière. Le premier ministre géorgien récemment élu, Bidzina Ivanichvili, a exprimé sa volonté de rejoindre le projet russe « pas aujourd'hui, mais un jour…».

Lors d'un entretien le mois dernier avec Radio Free Europe, le dirigeant géorgien a déclaré que son pays avait l'Europe pour cible, mais n'excluait pas l'adhésion à l'Union eurasienne.

D'après le diplomate russe, le sommet du Partenariat oriental à Vilnius des 28 et 29 novembre attire l'attention pour de mauvaises raisons.

Ce n'est pas parce que le Partenariat oriental porte ses fruits ou qu'il « a exigé une ligne distincte dans le budget de l'UE », ajoute-t-il.

L'Ukraine devrait signer un accord d'association ainsi qu'un accord de libre-échange approfondi et complet avec l'UE. La Moldavie et la Géorgie devraient également parapher ces documents. Voilà les centres d'intérêt, explique l’ambassadeur.

L'ambassadeur russe a lu un projet d'accord d'association avec l'Ukraine, mais ne peut se prononcer sur les accords avec la Moldavie et la Géorgie, car ils n’ont pas encore été publiés.

L'accord d'association entre l'UE et l'Ukraine a été récemment dévoilé sur un blog. La Commission confirme toutefois qu'elle ne l'a pas encore officiellement publié.

Vladimir Chizhov nie que son pays place des obstacles à des fins politiques sur les importations de ces pays pour les sanctionner de leur rapprochement avec l'UE.

Contexte

Un accord d'association entre l'UE et l'Ukraine a été paraphé il y a plus d'un an et les deux parties ont accepté le principe d’un accord de libre-échange approfondi et complet (ALE approfondi et complet).

L'UE a fait toutefois dépendre sa signature de progrès réalisés entre autres dans les réformes démocratiques et judiciaires, dont la libération de l'ancienne première ministre Ioulia Timochenko.

Le projet d'accord  propose une coopération économique et politique renforcée, mais n'ouvre pas la voie à une adhésion à l'UE.

L'Ukraine espère signer cet accord lors du sommet consacré au Partenariat oriental les 28 et 29 novembre à Vilnius sous la présidence lituanienne du Conseil de l'UE.