EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

24/01/2017

Les centristes réclament une enquête sur les relations entre le FN et Moscou

Europe de l'Est

Les centristes réclament une enquête sur les relations entre le FN et Moscou

Marien le Pen et Dmitry Rogozin.

[Institute of Modern Russia]

Le groupe des libéraux au Parlement européen (ADLE) veut en savoir plus sur les contacts qu’entretiennent l’extrême droite française et le Kremlin.

Marine Le Pen, la chef de file du Front national français, a rencontré le 26 mai un haut responsable russe à Moscou, soulignant encore une fois les liens qu’entretient son parti avec le Kremlin malgré les tensions Est-Ouest au sujet de l’Ukraine.

Le parti eurosceptique a obtenu un prêt important de la part d’une banque d’État russe, soit 40 millions d’euros. Dans le même temps, le FN a ouvertement critiqué la politique occidentale dans le conflit ukrainien, lui reprochant d’être trop hostile envers Moscou.

>> Lire : Les prêts russes au Front national inquiètent le Parlement européen

Marine Le Pen entretient des contacts visiblement étroits avec des hommes politiques russe. Elle a ainsi rencontré, la semaine dernièren durant plus d’une heure de discussions le président de la Douma, Sergei Naryshkin, un homme d’État russe proche du Kremlin.

« Monsieur Naryshkin et moi-même nous voyons en gros une fois par an », a déclaré Marine Le Pen, dont la candidature sur les élections présidentielles de 2017 en France ne fait guère de doute.

« Il est important que la représentante du premier parti de France, ce que je suis, puisse discuter de la situation en Europe et dans le monde. Nous avons évoqué la situation en Ukraine, nous avons aussi parlé de la très grave situation créée par l’État islamique. »

Lors des élections européennes de 2014, le Front national s’était taillé la part du lion. Toutefois, c’est l’UMP qui est sorti vainqueur des élections départementales de mars, et Marine Le Pen est seulement perçue comme un outsider des élections présidentielles de 2017.

Selon un compte rendu de la rencontre, publié sur le site de la Douma, Sergei Naryshkin estime que le parti de Marine Le Pen est « une des principales forces politiques en France ».

Le Front national a déjà obtenu un prêt d’une valeur de 9 millions d’euros de la part d’une banque d’État russe, mais Marine Le Pen a affirmé le 26 mai qu’obtenir un nouveau prêt n’était pas du tout l’objet de sa visite.

Elle a refusé de dire à quelles autres réunions elle a assisté durant sa « très courte » visite à Moscou, qui cultive ses relations avec certaines figures européennes susceptibles de faire bouger les lignes sur la question ukrainienne.

Des photos publiées par l’Institut de la Russie moderne montrent Marine Le Pen aux côtés de Sergei Naryshkin et du Premier ministre adjoint, Dmitri Rogozin, aussi connu sous le nom de « hooligan du Kremlin ».

Le vice-président du groupe ADLE, Petras Auštrevi?ius a appelé hier (28 mai) à une enquête immédiate et adéquate des relations qu’entretiennent le Front national et le Kremlin.