EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

26/02/2017

La militarisation progresse en Europe pour contrer la Russie

Europe de l'Est

La militarisation progresse en Europe pour contrer la Russie

L’Europe, notamment les pays Baltes et de l’Est, s’est militarisée suite à l’annexion de la Crimée par la Russie. La Finlande est 22ème dans l’indice cette année.

Cinq pays du continent sont dans le top 10 d’un nouvel indice qui compare les dépenses liées à la défense à la richesse et aux dépenses sociales. Un article d’EurActiv Allemagne.

Selon le nouvel indice mondial sur la militarisation 2016 (GMI) réalisé par le Centre international de la reconversion de Bonn (BICC), l’annexion de la Crimée par la Russie et le conflit en cours dans l’Est de l’Ukraine ont entraîné une militarisation accrue, notamment en Europe de l’Est.

Le GMI analyse 152 pays et vise à comparer la puissance relative des armées par rapport à des facteurs sociaux. Les dépenses dans l’armée sont notamment comparées au PIB et aux dépenses publiques dans la santé.

L’Ukraine a elle-même considérablement augmenté ses capacités militaires. En effet, le plus grand pays d’Europe par la surface a grimpé de la 23ème place en 2015 à la 15ème place cette année. D’autres pays européens sont carrément dans le top 10 mondial, c’est le cas de l’Arménie, de la Russie, de Chypre, de la Grèce et de l’Azerbaïdjan.

>> Lire : Tusk accuse la Russie de tenter d’affaiblir l’UE

La Pologne, la République tchèque, la Slovaquie et les pays Baltes ont tous augmenté leurs dépenses militaires alors que leur PIB a baissé. Quant à la Finlande et à l’Estonie, premiers voisins de la Russie, les deux pays occupent la 22ème et la 25ème place respectivement. En l’espace d’une année, la Lituanie est passé de la 65ème place à la 44ème.

La Russie occupe quant à elle la 5ème place et maintient ainsi sa position dans le top 10 des pays les plus militarisés au monde.

Contrairement à l’Europe de l’Est, l’Europe occidentale est relativement plus stable et peu de militarisation a été observée en 2016. Ainsi, l’Allemagne n’occupe que la 100ème position, ce qui devrait néanmoins bientôt changer puisque Berlin a déclaré vouloir augmenter ses dépenses militaires de 6,2 % entre 2015 et 2019.

Le nouveau président des États-Unis, Donald Trump, risque par ailleurs de faire pression sur les membres européens de l’OTAN pour investir dans leurs armées afin d’atteindre des dépenses liées à la défense à hauteur de 2 % du PIB.

>> Lire : Union européenne de la défense : le retour de la puissance forte

Les États-Unis dépensent plus d’argent dans leur armée que n’importe quel autre pays au monde. En 2015, les dépenses représentaient 595 milliards de dollars en 2015. Pourtant ils ne sont placés qu’à la 31ème place du classement.

« Dans le classement, le niveau des dépenses et du personnel militaires est calculé en fonction du PIB et de la population,», a expliqué Max M. Mutschler. Cela explique pourquoi des petits pays comme Singapour, Chypre ou l’Arménie sont si haut dans le GMI.

Étant donné sa dépendance envers un modèle de conscription, Israël est premier du classement, puisque le nombre de personnel militaire comparé à sa population est au-dessus de la moyenne. Le budget du pays est aussi largement influencé par l’instabilité au Moyen-Orient et par les conflits en cours.

Les chercheurs du BICC se sont aussi demandé si la forte baisse du pétrole depuis 2014 pouvait avoir des conséquences sur la militarisation des pays du Golfe. Jusqu’à présent, aucune réduction des dépenses militaires n’a cependant été observée.

« C’est surtout le cas de l’Arabie saoudite (17ème). La part des dépenses militaires dans le royaume est de 13,7 % du PIB, ce qui est extrêmement élevé, même pour le Moyen-Orient », a-t-il expliqué.

Cette année, le GMI a été comparé à l’indice sur la faim dans le monde de Welthungerhilfe, montrant ainsi que la faim n’est pas seulement liée à des réseaux économiques et climatiques, mais aussi et surtout à l’instabilité et au conflit.