EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

19/01/2017

Nouvel accrochage Russie-Turquie

Europe de l'Est

Nouvel accrochage Russie-Turquie

La Russie a demandé dimanche 13 décembre la Turquie d’arrêter de provoquer ses forces en Syrie et dans la région. 

Le ministère de la Défense russe a expliqué qu’un de ses bateaux de guerre, le destructeur Smetliviy, avait été obligé de déclencher des tirs d’avertissements pour éviter qu’un bâtiment turc n’entre en collision avec lui dans la mer Égée. L’attaché militaire turc a été convoqué par le Kremlin.

« L’attaché militaire turc a reçu une explication musclée des conséquences désastreuses que pourraient avoir les actes téméraires d’Ankara vis-à-vis des forces russes qui luttent contre le terrorisme international en Syrie », indique un communiqué de presse du ministère russe. « Nous avons surtout communiqué nos grandes inquiétudes quant aux provocations turques vis-à-vis du destructeur Smetliviy. »

Le ministère avait expliqué un peu plus tôt dans la matinée que le bâtiment de guerre turc n’avait pas répondu aux avertissements du Smetliviy et n’avait changé de cap qu’après les coups de semonce, passant à 500 mètres seulement du bateau russe. « Ce n’est que par chance qu’on a évité la tragédie », a ajouté le ministère.

Mevlüt Çavu?o?lu, le ministre turc des Affaires étrangères, était à Rome pour une série de discussions sur la situation en Libye. Il a assuré qu’Ankara avait lancé une enquête et communiquerait des informations dès que possible.

Il a également répété que la Turquie voulait apaiser les tensions avec la Russie. « Nous souhaitons résoudre ces tensions grâce au dialogue », a-t-il déclaré à la chaine TRT TUrk.

Ce nouvel incident ne devrait pas apaiser les relations déjà très houleuses des deux pays, qui sont en désaccord sur la gestion du conflit syrien. Le mois dernier, la Turquie aurait également abattu un avion militaire russe qui était entré dans son territoire aérien.

Vladimir Poutine, le président russe, a qualifié ce premier accroc de « coup de poignard dans le dos » et a réagi en imposant des sanctions économiques à la Turquie.

Début décembre, la Turquie s’est à son tour plainte d’un incident lors duquel un marin russe s’est pris en photo brandissant un lance-roquette alors que son bateau traversait Istanbul.