EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

30/09/2016

Selon Moscou, l’Ukraine compte sur l’Occident pour payer ses ardoises

Europe de l'Est

Selon Moscou, l’Ukraine compte sur l’Occident pour payer ses ardoises

gaz.jpg

Vladimir Chizhov, ambassadeur de la Russie près l’UE, a déclaré le 20 octobre que l’Ukraine compte sur la « solidarité internationale » pour régler sa dette de 2,43 milliards d’euros à Gazprom d’ici la fin du mois. 

Vladimir Chizhov, ambassadeur de la Russie près l’UE, a déclaré le 20 octobre que l’Ukraine compte sur la « solidarité internationale » pour régler sa dette de 2,43 milliards d’euros à Gazprom d’ici la fin du mois.

Dans d’un entretien exclusif avec EurActiv, Vladimir Chizhov a annoncé qu’un accord avait été conclu entre Vladimir Poutine, le président russe, et son homologue ukrainien, Petro Poroshenko, lors de la rencontre de Milan le 17 octobre. Cet accord porte sur un « prix intermédiaire » pour le gaz russe, qui sera vendu à l’Ukraine pour environ 385 dollars (environ 300 euros) le millier de mètres cubes cet hiver.

Moscou a coupé les robinets de gaz vers l’Ukraine en juin, quand aucun accord n’avait pu être trouvé au sujet des factures impayées et du prix du gaz. On estime qu’il manquera 5 milliards de  mètres cubes de gaz à l’Ukraine cet hiver.

Sans nouvelles importations de gaz, le pays risque une catastrophe humanitaire, a récemment prévenu Federica Mogherini, futur Haut Représentant de l’Union pour les affaires étrangères.

Moscou a par ailleurs déclaré que si du gaz en transit par l’Ukraine était volé, cette voie d’acheminement vers l’Europe occidentale serait coupée.

Vladimir Chihzov a également précisé qu’en vertu de l’accord de Milan, ce prix de 385 dollars le millier de mètres cubes ne serait valable que jusqu’à la fin du mois de mars. Le prix demandé par Gazprom à l’Ukraine était initialement de 485 dollars par millier de mètres cubes. Suite au désaccord entre les deux parties sur ce montant, l’affaire a été référée au tribunal d’arbitrage de Stockholm, une institution d’arbitrage international affiliée à la chambre de commerce suédoise.

L’accord conclut à Milan prévoit également le paiement de 2,43 milliards d’euros à Gazprom d’ici la fin du mois d’octobre.

Cette somme, explique Vladimir Chizhov, couvre les arriérés de novembre et décembre de l’année dernière, ainsi que ceux du deuxième quadrimestre de cette année. Cette somme n’a pas été contestée, selon l’ambassadeur russe auprès de l’UE.

« Il me semble que le seul problème pour l’Ukraine est à présent de trouver cet argent. Le pays compte donc sur la solidarité internationale, sur le FMI et d’autres sources possibles de financement », a-t-il ajouté.

Une énième réunion des ministres de l’énergie russe et ukrainien aura lieu à la Commission européenne ce mardi 21 octobre dans l’espoir de résoudre les disputes entre les deux parties et d’éviter la répétition de la crise du gaz de 2009, qui avait laissé une partie de l’UE et des Balkans sans chauffage dans le froid hivernal.

La question ukrainienne était au programme de la réunion des ministres de l’UE qui s’est déroulée hier à Luxembourg. Les conclusions du Conseil de l’UE exhortent l’Ukraine et la Russie à trouver un accord permettant de garantir les livraisons de gaz de cet hiver, mais le document ne mentionne pas les sources du paiement.

Au moment où nous écrivons ces lignes, la Commission ne s’est pas encore prononcée sur la source du financement de la dette de 2,43 milliards d’euros que l’Ukraine va devoir payer d’ici la fin du mois. 

Contexte

Gazprom, géant gazier russe qui détient le monopole en Russie, vend son gaz aux États membres dans le cadre d'accords bilatéraux confidentiels.

L'évolution de la crise ukrainienne illustre la manière dont Gazprom utilise le prix du gaz comme levier politique.

L'Ukraine avait l’habitude de payer 400 dollars les 1000 mètres cubes en vertu de l'accord signé sous la houlette de l'ancienne première ministre Ioulia Timochenko en 2009.

Quand l'ancien président ukrainien Viktor Ianoukovitch avait refusé de signer l'accord d'association avec l'Union et s'était tourné vers la Russie à la place, Gazprom avait alors baissé le prix du gaz destiné à l'Ukraine à 268,50 dollars par mille mètres cubes. Le prix de départ a toutefois ensuite été réintroduit en février.

L'Ukraine a insisté pour que le prix soit de 268,50 dollars alors que la Russie campe sur sa demande de 485 dollars. La Commission européenne tente de trouver un accord entre les deux camps.

Prochaines étapes

  • 31 octobre : dernière limite pour le paiement des 2,43 milliards d'euros de dette à Gazprom