EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

25/09/2016

La Jordanie demande l’aide de l’UE

Europe sociale & Emploi

La Jordanie demande l’aide de l’UE

Réfugiés syriens dans un camp en Jordanie.

[Enes Reyhan/Flickr]

La Jordanie, alliée de l’Occident dans la lutte contre Daech, peine à prendre en charge les réfugiés qui arrivent en masse. Ils seraient à présent 1,2 million dans ce pays de 8 millions d’habitants. Le maire d’Amman, la capitale du pays, a expliqué à EurActiv que l’UE ne l’aidait pas assez.

Fawzi Masad est le maire d’Amman, capitale et ville la plus peuplée de Jordanie. Il a accordé une interview à James Crisp à l’occasion de l’Assemblée des autorités régionales et locales euro méditerranéennes (ARLEM), dont l’assemblée générale s’est tenue à Nicosie, Chypre, le 18 janvier.

La Jordanie a dû accueillir de très nombreux réfugiés syriens..

En effet. Selon le dernier recensement, il y avait plus de 1,2 million de réfugiés syriens en Jordanie. La plupart d’entre eux vivent au sein des communautés locales. D’autres, moins de 15 %, dans des camps de réfugiés. Les communautés locales ont souffert de leur présence, parce que les services sont débordés.

La Jordanie est un pays plutôt petit…

Oui. En comptant les immigrants, la population est de 9,6 millions. Seuls 6,6 millions sont réellement jordaniens. [Un grand nombre de réfugiés irakiens, mais également palestiniens, vivent en Jordanie. Certains y sont depuis des dizaines d’années.]

Le pays a donc du mal à s’occuper de toutes ces personnes ?

Évidemment. Surtout des Syriens. La plupart d’entre eux sont pauvres, ils sont arrivés sans aide, sans argent. Le gouvernement doit les prendre en charge. Nous recevons de l’argent, des aides de l’étranger, d’Europe, des États-Unis, etc., mais ce n’est pas suffisant.

Pensez-vous que vous devriez recevoir plus d’aide, de l’UE par exemple ?

Oui. Absolument. Il devrait y avoir plus d’aide. Au début de la crise, c’était le cas, mais ça ne l’est plus. Nous avons besoin d’aide pour la santé et les services sociaux, qui sont débordés. Les écoles ont dû diviser la journée en deux périodes parce qu’elles ne parvenaient pas à accueillir tout le monde en même temps.

En Europe, certaines personnes ne comprendraient peut-être pas pourquoi la Jordanie a besoin d’aide.

Nous disposons de ressources très limitées. Nous importons la quasi-totalité de notre énergie, plus de 97 %. Nous n’avons également pas d’eau, nous sommes d’ailleurs le troisième pays le plus pauvre en eau du monde. Pour la population jordanienne, les ressources sont [déjà] très limitées. La présence [de ces migrants] rend la situation impossible.

La Jordanie peut pourtant compter sur le soutien de l’Occident pour la lutte contre le terrorisme.

Oui, mais nous ne recevons pas l’aide à laquelle nous nous attendions de l’Europe et de l’Occident. Nous avons toujours soutenu leurs politiques dans notre région et dans notre pays, nous sommes le principal soutien de l’Occident, mais nous ne recevons tout de même pas assez d’aide en retour. Le Liban et la Turquie souffrent tous deux de la même manière.

Les Jordaniens se sont-ils irrités de voir l’UE offrir de l’argent à la Turquie ?

Oui. Cela ne nous gêne pas que la Turquie reçoive de l’aide, mais le gouvernement jordanien devrait recevoir de l’argent aussi.

>> Lire : L’UE déroule le tapis rouge pour Erdo?an à La Valette

Votre soutien aux politiques occidentales fait-il de vous une cible les extrémistes ?

Évidemment. Soutenir l’Occident signifie que nous ne recevons pas de soutien des autres pays arabes. Nous avons besoin d’aide d’urgence, mais rien n’a l’air de se passer. Nous avons demandé des choses aux pays européens et en avons reçues certaines, mais ce n’est pas suffisant.

En ce qui concerne la lutte contre Daech, qu’est-ce que l’UE ou ses États membres pourraient faire pour aider la Jordanie ?

La Jordanie est en première ligne et combat Daech. Nous avons souffert de ces affrontements et tentons de protéger nos frontières, nos villes et notre peuple. L’armée est partout.

L’Occident devrait avoir une solution, Daech n’opère pas seul. Ils reçoivent l’aide de quelqu’un, et il faut mettre un terme à cela. Daech ne peut pas survivre sans aide externe.