EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

20/01/2017

La Commission lance un corps européen de solidarité

Europe sociale & Emploi

La Commission lance un corps européen de solidarité

Lancement de l'initiative au rond-point de Schuman.

[Commission européenne]

Vous êtes européen ? Agé de 18 à 30 ans ? Sans emploi ? Vous voulez travailler à l’étranger pour gagner de l’argent ? Le nouveau corps européen de solidarité est fait pour vous.

Les potentielles recrues et les défenseurs des thématiques liées à la jeunesse ont réservé un accueil circonspect à la nouvelle initiative de la Commission européenne pour donner à 100 000 jeunes la possibilité de travailler ailleurs en Europe pendant un an, soit en tant que volontaires soit en tant que stagiaires rémunérés.

Face à un chômage des jeunes massif aggravant la crise dans laquelle est plongée l’UE, aux forces eurosceptiques motivées par le vote sur le Brexit et à l’inquiétude croissante vis-à-vis de l’immigration, la Commission espère que le corps encourage la solidarité transfrontalière et redore le blason de l’UE.

Lors du lancement de l’opération de recrutement, qui s’est fait le 8 décembre sous un tente en dehors de la Commission à Bruxelles, avec des casquettes, des t-shirts et des formulaires d’inscription, la commissaire sortante, Kristalina Georgieva a qualifié l’initiative d’occasion « pour nos jeunes de faire ce dans quoi ils excellent : motiver les autres pour une Europe unie ».

Allan Pall, secrétaire général du Forum européenne de la jeunesse, s’est néanmoins dit inquiet de la réduction des financements pour des programmes plus grands : « le bénévolat développe des compétences incroyables », a-t-il déclaré, « mais ce n’est peut-être pas la solution la plus efficace actuellement ».

Le voyage, l’assurance, les dépenses courantes et l’argent de poche seront couverts pour les volontaires alors que ceux qui trouvent un stage ou un apprentissage recevront un salaire adapté.

Environ 4,2 millions de citoyens européens de moins de 25 ans sont sans emploi – soit deux jeunes grecs et espagnols sur cinq, et un Italien sur trois.

Brando Benifei, eurodéputé italien de centre gauche, 30 ans, estime également que d’autres types d’efforts sont nécessaires.

«Ces instruments sont utiles pour mobiliser les jeunes, pour développer une identité européenne, mais pour créer de l’emploi, nous avons besoin d’économies plus solides, de croissance, nous avons besoin d’investissements », a-t-il expliqué.

Pour Roxane Van Lerberge, jeune bruxelloise de 25 ans, qui s’est arrêté devant la tente en venant de son stage dans un bureau européen, le corps européen de solidarité est pour le moins intriguant.

« C’est une idée géniale face au chômage des jeunes. Ça permet d’ajouter plus de compétences sur son CV », a-t-elle commenté. « Moi, je suis à la recherche de quelque chose de social. »