La Commission envisage un pass InterRail gratuit pour les jeunes

La Commission européenne s’est dit prête à offrir un pass InterRail à tous les jeunes Européens fêtant leurs 18 ans. Cette proposition du Parlement européen espère contrer la vague d’euroscepticisme déferlant sur le continent.

« Nous sommes prêts à examiner la question de plus près », a déclaré la commissaire au Transport, Violeta Bulc, aux eurodéputés qui se rencontraient à Strasbourg pour une session plénière le 4 octobre.

La Commissaire a dit admirer « l’audace et l’ambition » des eurodéputés ayant fait cette proposition. La qualifiant « d’excellente idée », Violeta Bulc a expliqué qu’elle voulait désormais étudier toutes les options possibles en évaluant « minutieusement » les coûts potentiels, les sources de financement et la faisabilité administrative du projet.

La Commission est également disposée à étendre « progressivement » la proposition à d’autres moyens de transport, a assuré la commissaire. Inspirée par l’originalité des législateurs, Violeta Bulc a même proposé de lancer un concours pour tous les jeunes de moins de 25 ans, avec à la clé un « prix important pour les meilleures idées concrètes pour la mobilité des jeunes ».

Large soutien des eurodéputés

L’idée du ticket de train gratuit en tant qu’antidote au malaise politique régnant en Europe est largement soutenue au sein du Parlement par les eurodéputés des principaux partis politiques – dont le Parti populaire européen (PPE), les socialistes et démocrates (S&D), et les Verts et les Libéraux (ALDE).

« Je suis convaincu que le pass InterRail pour les jeunes de 18 ans pourrait devenir un véritable projet phare pour le développement d’une identité européenne commune dans la diversité », a déclaré le chef de file du PPE, Manfred Weber, qui a défendu l’initiative avec d’autres eurodéputés.

>> Lire : Les promesses non tenues compromettent la confiance des citoyens dans l’UE

Manfred Weber, conservateur allemand devenu un fervent défenseur du programme après l’avoir utilisé lui-même pour voyager à travers l’Europe avec son cousin, avait avancé l’idée lors du débat sur l’état de l’Union en septembre.

Alors que la proposition gagnait du terrain parmi les figures politiques nationales (le Premier ministre italien, Matteo Renzi, l’a qualifié de « bonne idée »), les groupes politiques ont commencé à se chamailler pour savoir qui avait eu l’idée en premier. Après le débat sur l’état de l’union, l’eurodéputé hongrois István Ujhelyi (socialiste) a rappelé qu’il avait envoyé une proposition identique à la Commission en août 2015.

Pour leur part, des sources du PPE se sont remémoré que les démocrates-chrétiens néerlandais (CDA) avaient aussi inclus un projet semblable dans leur manifeste pour les élections du Parlement européen de 2009.

Le CDA souhaitait à l’époque que « tout élève européen ayant terminé son éducation secondaire avec succès [c’est-à-dire entre 16 et 19 ans] puisse voyager à travers l’Europe gratuitement et pendant un mois grâce au transport public ». « Cela pourrait être financé par des fonds européens », avaient-ils ajouté.

Obstacles à prévoir

La faisabilité de la proposition soulève encore de nombreuses questions et, plus important encore, sa pertinence pour faire face aux défis de l’UE les plus urgents, comme le chômage des jeunes, reste à démontrer.

Pour financer le projet, la Commission doit trouver entre 1,2 milliard et 2,88 milliards d’euros dans le budget de l’UE. Or, comme l’ont bien rappelé des sources du Parlement, les eurodéputés sont furieux lorsque la Commission touche aux financements des programmes qu’ils soutiennent.

Un pass InterRail coute entre 200 et 480 euros, et selon le PPE, environ 6 millions de jeunes Européens pourraient bénéficier de l’initiative chaque année.

Par ailleurs, Malte, Chypre, l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie ne font pas partie du système InterRail, ce qui obligerait l’exécutif à étudier la meilleure option pour mettre en place le projet tout en incluant tous les citoyens européens.

Une étincelle pour rallumer la flamme européenne

D’autres responsables ont fait remarquer que l’euroscepticisme et le populisme n’étaient pas en hausse chez les jeunes, mais plutôt chez les personnes âgées.

>> Lire : La jeunesse européenne au cœur de la renaissance européenne, une urgence vitale

Même ceux qui soutiennent l’idée d’un ticket de train gratuit reconnaissent que les « immenses défis » auxquels est confrontée l’Europe éclipsent les initiatives comme celle-ci. « Mais il faut bien commencer quelque part, critiquer l’Europe tout le temps ne suffira pas », a estimé un fonctionnaire européen sous couvert d’anonymat.

« Cela peut sembler un peu insignifiant, mais parfois il suffit d’une petite étincelle pour raviver une flamme qui brule depuis toujours », a commenté Manfred Weber.

Les eurodéputés proposeront bientôt de financer un projet pilote pour tâter le terrain. Le PPE, les Socialistes et les Verts ont néanmoins décidé de ne pas inclure un amendement dans le projet de budget 2017, repoussant le lancement du programme à 2018.

Pour le PPE, le projet devrait être financé non seulement par les fonds européens, mais aussi par les compagnies de train associées à InterRail.

Réactions

« La viabilité d’un tel projet est examinée depuis un certain temps déjà. Plusieurs compagnies ferroviaires et associations ont été contactées pour des études de faisabilité dans le cadre d’un partenariat spécial entre les institutions européennes et le secteur du tourisme », a déclaré le 19 septembre l’eurodéputé socialiste hongrois István Ujhelyi,.

Le chef de file du PPE, Manfred Weber, a quant à lui commenté : « Cette initiative va au-delà d’un pass gratuit offert aux jeunes de 18 ans. Il pourrait entrainer d’autres actions et projets mis en place par les régions et villes européennes pour attirer ces jeunes. D’une expérience multilingue à des activités sociales et culturelles bénéficiant aux jeunes entreprenant le voyage et aux sociétés hôte, il n’y a pas de limite à la créativité des gens. »

« Cette idée plaît beaucoup à la Commission », a assuré la commissaire au Transport, Violeta Bulc. « Nous allons examiner toutes les options possibles pour soutenir davantage la mobilité des jeunes. Et nous reviendrons vers le Parlement dans les meilleurs délais. »

Contexte

Deux jeunes Allemands, Vincent-Immanuel Herr et Martin Speer, seraient à l’origine de l’idée d’offrir un pass InterRail à tous les jeunes Européens. Ensemble, ils ont contacté un eurodéputé socialiste hongrois, István Ujhelyi, pour trouver du soutien à leur projet. István Ujhelyi a présenté l’idée et trouvé l’appui du président de la commission des transports au Parlement européen, Michael Cramer (Verts, Allemagne).

Actuellement, 300 000 personnes utilisent le système InterRail chaque année. La Commission européenne discutera du projet avec les opérateurs ferroviaires pour analyser les contraintes opérationnelles, notamment en termes de capacité des trains.

Le pass InterRail est vendu aux résidents européens. Il permet de voyager en train de manière illimitée dans et entre les 30 pays participants pendant une certaine période de temps.

L’InterRail Global Pass donne accès à plusieurs pays. Les prix pour les moins de 26 ans varient entre 200 et 479 € pour le Global Pass (tous les pays), selon la période de validité du billet.