EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

26/02/2017

Les disparités de salaires en Europe demeurent criantes

Europe sociale & Emploi

Les disparités de salaires en Europe demeurent criantes

Les emplois liés au logement sont le secteur qui rémunère le moins dans l’UE.

[Shutterstock]

Les inégalités de salaires sont monnaie courante dans l’UE avec un revenu moyen dans le nord cinq fois plus élevé que dans le sud de l’Europe, selon les chiffres d’Eurostat publiés le 12 décembre.

Eurostat a publié des données sur les différences et la distribution de salaires dans l’UE. L’enquête sur la structure des salaires, réalisée tous les quatre ans par le bureau des statistiques officiel de l’UE, révèle que le fossé entre les revenus les plus bas et les plus élevés est faible en Scandinavie et en Belgique et est très large en Pologne, en Roumanie et à Chypre. Les femmes et les jeunes sont souvent ceux qui gagnent le moins.

En comparant le salaire horaire brut des 10 % qui gagnent le plus avec les 10 % qui gagnent le moins dans chaque État membre, la Suède se démarque en tant que pays où les salaires sont les plus égaux, avec un ratio de 2,1 contre 1.

La Belgique, la Finlande et le Danemark sont tous les trois deuxième du classement, avec un ratio haut salaire face à bas salaire de 2,4. La France les talonne avec un ratio de 2,7.

Dans les abysses du classement se trouve la Pologne, où les 10 % de la population qui gagnent le plus ont un revenu horaire 4,7 fois plus élevé que les 10 % qui gagnent le moins. Elle est suivie de près par la Roumanie, avec un ratio de 4,6, et de Chypre, avec un ratio de 4,5. Aucune donnée n’était disponible pour la Croatie et la Grèce.

>> Lire : L’horizon demeure bouché pour la réforme des travailleurs détachés

Grandes disparités des salaires médians

Alors que les disparités de salaires entre les États membres sont déjà criantes, les différences entre les salaires médians sont encore plus frappantes.

Le salaire horaire brut médian au Danemark est de 25,50 € comparé à 1,70 € seulement en Bulgarie. Lorsqu’il est ajusté au pouvoir d’achat, le salaire moyen des Danois est de 18,50 € par heure, soit cinq fois plus élevé que le salaire moyen en Bulgarie, qui est de 3,60 € l’heure.

Juste au-dessus du fond du classement se trouve la Roumanie, où le salaire médian brut par heure est de 2 €, correspondant à 4 € par rapport au pouvoir d’achat. Viennent ensuite la Lettonie et la Lituanie avec des salaires médians de 3,40 € et 3,10 €.

>> Lire : La pression pour un salaire minimum européen s’accentue

De retour dans les hauteurs du classement, le Danemark est suivi de près par l’Irlande, avec un salaire médian adapté au pouvoir d’achat de 18,40 €, par la Belgique (15,40 €) et par l’Allemagne et le Luxembourg (tous deux à 15 €).

La part du lion revient à la finance

Les emplois dans la finance et les assurances sont les mieux rémunérés dans l’UE et se trouvent dans le top trois des secteurs les plus rentables dans tous les États membres sauf l’Irlande. L’information et la communication sont aussi dans le top trois des secteurs les mieux payés dans la majorité des pays européens.

L’exploitation et l’extraction minières sont aussi des secteurs fortement rémunérateurs et se trouvent en haut du classement au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et au Danemark.

Au contraire, les services liés au logement et à la restauration rapportent peu aux travailleurs européens et se retrouvent en bas du classement dans tous les États membres sauf en Espagne et en Slovénie où ces deux secteurs sont avant-derniers.

>> Lire : Travailleurs low-cost et salaire minimum, même combat selon Paris

Les femmes et les jeunes gagnent moins

Quant à la proportion des bas salaires, la Belgique et les pays scandinaves devancent encore une fois leurs partenaires européens.

Seuls 2,6 % des Suédois gagnent moins que le salaire minimum du pays qui est de 12,30 € par heure. La proportion de travailleurs peu rémunérés en Belgique (3,8 %), en Finlande (5,3 %) et au Danemark (8,6 %) est également beaucoup plus faible que la moyenne de l’UE, de 17,2 %.

Plus d’un travailleur letton sur quatre (25,5 %) gagne moins que le seuil de rémunération minimale de 2,20 € par heure. Ce pourcentage est de 24,4 % en Roumanie, de 24 % en Lituanie et de 23,6 % en Pologne.

Plus surprenant, 22,5 % des Allemands et 21,3 % des Britanniques gagnent moins que le salaire minimum, de 10,50 € et 9,90 € de l’heure respectivement.

Dans tous les États membres, les femmes (21,1 %) et les jeunes de moins de 30 ans (30,1 %) sont ceux qui gagnent le moins.