Juncker pour un salaire minimum dans tous les États de l’UE

Jean-Claude Juncker

La Commission européenne souhaite l’instauration d’un salaire minimum pour les travailleurs et d’un revenu minimum pour les chômeurs dans tous les États membres de l’Union européenne, a déclaré lundi son président.

Cette mesure qu’il présente comme une riposte au « dumping social » doit faire partie de la politique sociale européenne, a estimé Jean-Claude Juncker, tout en soulignant que le montant devait relever des gouvernements eux-mêmes.

Socle européen

Le président de l’exécutif européen s’exprimait à Bruxelles dans le cadre d’une conférence sur l’établissement d’un « socle européen des droits sociaux », initiative qu’il a lancée en septembre 2015.

« Il devrait y avoir un salaire minimum dans chaque pays de l’Union européenne », a déclaré Jean-Claude Juncker, qui a plaidé pour une mesure similaire en faveur des demandeurs d’emploi.

>>Lire : Le Parlement en faveur du salaire minimum pour toute l’UE

La Commission européenne n’ayant que des pouvoirs limités en la matière, la responsabilité de la mise en place et du calcul de ce salaire minimum incomberait à chacun des États membres mais « nous voulons respecter un certain niveau de dignité », a insisté l’ancien Premier ministre luxembourgeois.

Jean-Claude Juncker a estimé que la réforme de la politique sociale de l’UE devrait débuter au sein de la zone euro, dont les 19 États membres ont déjà une monnaie et une supervision budgétaire en commun.

>> Lire : La pression pour un salaire minimum européen s’accentue

La Commission européenne présentera ses propositions en la matière dans les prochaines semaines, avant un sommet européen programmé le 25 mars dans la capitale italienne à l’occasion du 60e anniversaire du Traité de Rome.