Actualités & débats européens dans votre langue

29/05/2016

Le Portugal voit d’un bon œil l’arrivée de réfugiés

Europe sociale & Emploi

Le Portugal voit d’un bon œil l’arrivée de réfugiés

Immigrés à Lisbonne

[Leonard Tatarinov/Flickr]

Terre traditionnelle d’émigration, le Portugal propose aux pays européens submergés d’accueillir jusqu’à 10 000 réfugiés, un acte moral et une bonne occasion de repeupler ses régions rurales.

Le Portugal doit « donner l’exemple », a fait valoir depuis Bruxelles, vendredi, le Premier ministre socialiste Antonio Costa, refusant « une Europe qui ferme ses frontières pour bloquer l’accès aux réfugiés ».

L’arrivée de réfugiés « sera positive pour les régions touchées par la désertification rurale », a précisé une source gouvernementale.

Le pays a adressé cette semaine des lettres à la Grèce, l’Autriche, l’Italie et la Suède, offrant d’accueillir jusqu’à 5 800 réfugiés supplémentaires, qui viennent s’ajouter au quota d’environ 4 500 déjà accepté par Lisbonne dans le cadre des négociations européennes.

Antonio Costa avait fait la même proposition de vive voix à la chancelière allemande début février, lors d’un voyage officiel à Berlin. « Il est injuste de faire peser sur Mme Merkel ce qui est un devoir de tous les dirigeants européens », avait-t-il déclaré.

Mais jusqu’ici, les réfugiés ne se bousculent pas aux portes du Portugal, préférant en majorité les pays du nord de l’Europe.

Malgré les efforts de l’ambassadeur portugais en Grèce, Rui Alberto Tereno, dépêché en novembre dernier dans un camp de réfugiés pour vanter les mérites du Portugal, Lisbonne n’a pour l’instant accueilli que 32 migrants

Inverser la tendance

Le Portugal est méconnu des candidats à l’immigration et « doit faire entendre sa voix auprès des migrants qui arrivent en Europe », explique Teresa Tito Morais, présidente du Conseil portugais pour les réfugiés (CPR), chargé de l’accueil des migrants dans le pays.

« L’arrivée de réfugiés va bénéficier à des zones du pays devenues désertes. Un grand nombre de Portugais ont émigré et certaines régions du pays ont besoin de reprendre vie », alors que le taux de natalité est le plus faible d’Europe, assure-t-elle.

L’idée avait déjà été avancée en septembre par des autorités locales de Bragança, une petite ville de 35 000 habitants au nord-est du Portugal, qui y voyait une façon de repeupler les villages de la région.

Pays traditionnel d’émigration, le Portugal a connu ces quatre dernières années 485 000 départs définitifs ou temporaires, une vague massive qui a touché plus fortement le nord et le centre du pays, en pleine période de crise économique.

Travailleurs étrangers

Le précédent gouvernement de droite, évincé en novembre par une alliance inédite de la gauche, avait prévenu que le Portugal était « disposé à faire des sacrifices » pour accueillir des réfugiés, « mais sans remettre en cause l’effort de reprise économique et financière ».

Le gouvernement socialiste se montre plus ouvert, mais pose quand même ses conditions, car le chômage reste élevé, à plus de 12 %, alors que le Portugal est sorti d’un plan d’aide internationale en mai 2014.

L’accueil sera réservé à 2 000 étudiants en université et 800 élèves de la filière professionnelle, ainsi qu’à entre 2 500 à 3 000 réfugiés qualifiés dans les métiers de l’agriculture et de la sylviculture.

« Ce sont des secteurs qui manquent de main-d’œuvre et se voient aujourd’hui obligés de recruter des travailleurs au Vietnam ou en Thaïlande », fait valoir le gouvernement.

« Ce sont des postes de travail que les Portugais n’acceptent pas », résume pour sa part Teresa Tito Morais, qui balaie d’un revers de la main « le mythe des immigrants venus voler le travail des Portugais ».

Les mouvements d’extrême droite restent d’ailleurs marginaux au Portugal, et les manifestations anti-réfugiés ne rassemblent guère plus d’une centaine de personnes.

Les Portugais sont habitués à émigrer et savent ce que c’est que de chercher ailleurs une vie meilleure. Cela facilite la compréhension de ces personnes », assure la responsable du CPR.