EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

06/12/2016

Le projet de loi El Khomri divise les chefs d’entreprises

Europe sociale & Emploi

Le projet de loi El Khomri divise les chefs d’entreprises

La loi El Khomri a entrainé une mobiliusation importante.

[Laetitiablabla/Flickr]

Les chefs d’entreprises se disent plus inquiets qu’en février. Le projet de loi porté par la ministre du Travail fait autant de contents que de mécontents. Un article de notre partenaire, La Tribune.

La reprise a été plus forte que prévu en 2015. Le PIB n’a pas augmenté de 1,1 % mais de 1,2 %, soit 1 point de plus qu’en 2014. Elle devrait s’accélérer – timidement – en 2016 pour s’élever à + 1,5 %. Et alors, serait-on tenté de dire ? Cette reprise progressive n’est pas assez vigoureuse pour redonner le sourire aux chefs d’entreprises.

>> Lire : La France dépasse son objectif en matière de déficit public

Interrogés dans le cadre de « La grande consultation » par Opinion Way pour CCI France/La Tribune/ Europe 1*, les dirigeants d’entreprises se disent plus inquiets qu’en février. Ils sont 43 %, contre 40 % en février, à témoigner de leur inquiétude. La morosité est particulièrement élevée dans le secteur du commerce.

Beaucoup de pessimistes, peu d’audacieux

Ils ne sont 7 %, contre 11 %, à se déclarer audacieux… À noter, les chefs d’entreprises les plus optimistes œuvrent dans le secteur des services. C’est dans l’industrie que le pessimisme est le plus élevé.

Seul point positif que l’on peut relever de cette batterie d’indicateurs, les chefs d’entreprises sont plus nombreux à prévoir d’embaucher. Ils sont en effet 8 %, contre 6 % en février, à envisager d’augmenter leurs effectifs. Paradoxalement, compte tenu du pessimisme qui y règne, c’est dans l’industrie que les intentions d’embauche sont les plus élevées.

Le projet de loi El Khomri divise les chefs d’entreprises

Dans ce contexte, la modification du code de travail que prévoit le projet de loi porté par Myriam El-Khomri, la ministre du Travail, est-elle de nature à leur redonner confiance ? S’ils sont 75 % à considérer que le code du travail actuel est un frein à l’activité et à l’embauche, le projet gouvernemental partage les dirigeants. En effet, quand 47 % d’entre eux se déclarent favorables au texte, 46 % affichent leur défiance. Comment appréhendent-ils les principales mesures ? La possibilité de négocier au sein de chaque entreprise pour organiser la production et le temps de travail séduit 32 % des chefs d’entreprises. L’extension du forfait jour aux PME est encore moins saluée, puisque seuls 21 % d’entre eux y sont favorables. Ils ne sont que 26 % à réclamer l’allègement des conditions du licenciement économique, en cas de baisse de l’activité ou de pertes.

LGV, Sirven, Notre Dame des Landes… les chefs d’entreprises ne sont pas séduits

Le développement de grands projets d’infrastructures – de type Notre Dame des Landes, Sirven, les lignes à Grande Vitesse, Grand Paris… – peuvent-ils permettre d’accélérer leur activité ? En attendant que ces projets se concrétisent et qu’ils portent leurs fruits, les chefs d’entreprises n’en sont pas convaincus. Ils sont en effet 85 % à estimer que ces grands projets n’auront pas d’effet.

>> Lire :Notre-Dame-des-Landes: la consultation de tous les dangers

* Vous désirez exprimer votre avis, émettre une idée sur les questions économiques ? Rejoignez la Communauté CCI des entrepreneurs en participant à la plateforme d’échanges et de débats : www.grandeconsultation.fr

logo_la_tribune.png