EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

02/12/2016

Les jeunes diplômés devraient dire non aux emplois inférieurs à leurs compétences

Europe sociale & Emploi

Les jeunes diplômés devraient dire non aux emplois inférieurs à leurs compétences

Youth Unemployment_0.jpg

Pour les jeunes diplômés, accepter le premier emploi qui s’offre à eux et entrer ainsi sur le marché du travail semble souvent être la meilleure option. Une étude montre cependant qu’attendre de trouver un emploi qui correspond à ses compétences permet de mieux réussir sur le long terme.

Les travailleurs de moins de 25 ans qui attendent la bonne opportunité d’emploi ont moins de chance de subir un échec, tel que le chômage ou l’exercice d’un métier peu qualifié, ont révélé les chercheurs de STYLE (transition stratégique pour l’emploi des jeunes en Europe) issus d’universités de toute l’Europe

L’étude de STYLE a été conduite dans cinq pays européens : La Finlande, la France, l’Italie, la Pologne et le Royaume-Uni, avant et pendant la crise financière qui a touché l’Europe.

« Un jeune diplômé peut ne pas vouloir accepter la première offre d’emploi qu’il obtient. Il ne devrait pas entrer dans le marché du travail à n’importe quel prix », a expliqué Gabriella Berloffa, chercheuse à l’Université de Trento en Italie, lors d’une conférence sur le chômage des jeunes à Copenhague la semaine dernière.

Entre 2007 et 2013, le chômage des jeunes a atteint des niveaux records à travers l’Europe. Il est passé de 15,7 % à 23,4 % selon les chiffres publiés par Eurostat. Dans le sud de l’Europe, en Espagne et en Grèce par exemple, le taux de chômage des jeunes se situe bien au-dessus de 50 %.

Certes, dans une telle conjoncture, il est difficile pour les jeunes de refuser des emplois peu rémunérés et peu qualifiés, a reconnu Gabriella Berloffa, mais ils devraient garder en tête que le chômage n’aura un impact négatif sur eux que s’il dure très longtemps.

>> Lire : La surqualification des jeunes devient la norme en Europe

Le milieu familial, bien entendu, joue un rôle majeur dans les opportunités offertes aux jeunes. Les données de l’étude de STYLE révèlent que dans tous les pays européens, la probabilité qu’un jeune soit au chômage est beaucoup plus élevée s’il vient d’un milieu où le taux d’emploi est faible.

Selon la chercheuse italienne, les parents qui travaillent peuvent mieux guider leurs enfants, les protéger face à l’échec et les soutenir financièrement durant la recherche d’emploi, alors que les parents de milieux moins aisés pousseront davantage leur enfant à faire des compromis et à accepter un travail peu rémunéré pour lequel il est surqualifié.

En février 2013, les chefs d’État et de gouvernement de l’UE ont accepté de lancer une initiative « Emploi des jeunes », et d’y allouer 6 milliards d’euros. Les États membres, où le taux de chômage dépasse les 20 % dans certaines régions, peuvent demander des financements pour créer des débouchés pour les jeunes qui ne sont ni étudiants ni employés ni en formation. 3,4 milliards d’euros ont été alloués à la Grèce, à l’Espagne et à l’Italie.

Récemment, la Commission européenne a annoncé la création d’une autre initiative avec les entreprises, afin de créer des postes de stagiaires, d’apprentis et d’autres types de formation pour les jeunes en milieu professionnel.

>> Lire : Marianne Thyssen : « Il y a 10% de jeunes chômeurs en moins cette année »

Contexte

En novembre 2015, la Commission européenne a lancé le Pacte européen pour la jeunesse (EPY), une initiative qui implique les entreprises européennes et vise à créer des postes en stage et en apprentissage afin d’aider les jeunes à entrer sur le marché du travail. L’EPY s’inscrit dans la ligne de l’Initiative pour l’emploi des jeunes, lancée par la Commission en 2012. Cette dernière a également pour but de remédier aux taux élevés de chômage des jeunes dans l’UE, notamment en Grèce et en Espagne. 

Prochaines étapes

  • 2016 : La Commission européenne présentera aussi une initiative « Compétences », visant à aider les Européens à développer et promouvoir leurs compétences. 

Plus d'information