Le Parlement européen s’inquiète du futur des jeunes

Entre la hausse de l’espérance de vie et la baisse de la natalité, l’Europe compte de plus en plus de personnes âgées. Ce qui met en danger le système de protection sociale, qui devra être financé par les jeunes. Mais sont-ils armés pour affronter l’avenir de l’Europe ? Que pourrait faire le Parlement européen pour les aider ?

Pour voir les sous-titres en français, cliquer sur l’icône Image result for setting icon 6 en bas à droite de la vidéo et sélectionner « Subtitles/Sous-titres », puis « French/Français ».

Nous avons demandé l’avis de plusieurs jeunes Européens sur les difficultés auxquelles ils font face et le rôle du Parlement.

Emploi

Le chômage des jeunes nuit à la perception du projet européen. La crise économique a fait grimper le chômage des jeunes à des niveaux catastrophiques dans nombre d’États membres, et particulièrement en Grèce, en Espagne et en Italie.

Aujourd’hui, la situation s’améliore doucement, mais il est difficile de convaincre les jeunes que leurs intérêts sont importants pour l’UE.

« Le chômage est la plus grande inquiétude vis-à-vis de l’UE. »

« Trouver un bon emploi quand je me diplôme et pouvoir payer un loyer quand je serai plus âgé. »

Éducation

L’éducation est la pierre angulaire de la stratégie économique européenne. Il est essentiel que l’éducation comble le manque de compétences, afin de créer l’innovation nécessaire aux exportations européennes et à l’ouverture de carrières satisfaisantes pour les jeunes.

Le Parlement européen a donc lancé le programme Erasmus Plus, sur les bases d’Erasmus, le système d’échange extrêmement réussi. Erasmus permet à nombre de jeunes de vivre une expérience culturelle et formatrice importante en étudiant dans un autre pays de l’UE. Depuis sa création, il y a 30 ans, plus de 9 millions d’étudiants ont directement bénéficié du programme.

« Le programme Erasmus est un projet extraordinaire. Je trouve qu’il devrait être plus centré sur le marché, pour que les jeunes acquièrent les compétences nécessaires. »

« Il y a un certain déficit de compétences, les institutions éducatives ne fournissent pas à leurs étudiants tous les outils nécessaires. »

Libre-circulation

La libre-circulation est l’une des plus grandes réussites de l’UE. Dans la plupart des États membres, toute une génération de jeunes n’a jamais connu de frontières internes. Aujourd’hui, les réactions nationales au terrorisme et à la crise migratoire menacent la libre-circulation. Pourtant, la fermeture des frontières et la restriction de la libre-circulation est sans doute la plus grande menace qui pèse sur l’économie de l’UE et sa perception par les citoyens.

« Je suis très inquiète de la montée du populisme et des extrêmes en Europe. Les gens ont peur de ceux qu’ils ne connaissent pas. »

« Le Brexit, bien sûr. »

Économie numérique

L’innovation est essentielle à l’économie européenne. La création d’un marché unique numérique est l’un des grands objectifs du Parlement européen pour les prochaines années. En tant qu’utilisateurs précoces des nouvelles technologies, les jeunes citoyens ont un rôle-clé à jouer dans la formation de ce marché. L’augmentation de l’impact numérique mondial de l’UE dépend de la vitesse de déploiement de l’Internet 5G, et de la volonté des jeunes de rester en Europe et d’y faire carrière dans des entreprises ambitieuses et dynamiques.

Entreprenariat

Garder en Europe nos talents intellectuels et entrepreneuriaux dépendra de la prise de risque que veut prendre la jeunesse d’aujourd’hui. Voit-elle la Californie comme le paradis tech, ou décidera-t-elle de s’investir dans l’UE, en créant de nouveaux produits, services et propriétés intellectuelles, pavant la voie à une nouvelle révolution numérique ?

Pour encourager l’entrepreneuriat, le Parlement a participé à l’amélioration des règles sur l’insolvabilité et la réduction de la bureaucratie pour les start-ups. Des fonds européens sont aussi disponibles pour les entrepreneurs.

« Le Parlement européen et la Commission européenne devraient aider les citoyens à obtenir les compétences nécessaires. »

« Pour l’UE, le budget est tellement bas que la différence qu’elle peut faire et son impact sur la vie des jeunes sont très limités. »

Qu’est-ce que le Parlement peut faire ?

Les trois principaux défis de l’Europe sont le chômage, la crise des réfugiés et la crise de la zone euro. Après avoir participé aux activités du Parlement, que pensez-vous que les eurodéputés puissent faire pour régler ce problème de chômage des jeunes et leur donner de l’espoir ?

« Grâce à cette expérience au Parlement européen, je peux maintenant me présenter comme européenne hors d’Europe. »

« Les membres du Parlement devraient penser leur mandat différemment, ils ne peuvent pas venir à Bruxelles une fois par semaine et travailler sur des sujets nationaux le reste du temps. »

« Le Parlement européen devrait avoir un rôle plus important dans la sphère politique des institutions, parce qu’il représente clairement les citoyens au niveau européen. »

« Les eurodéputés pourraient faire davantage d’efforts pour se rapprocher des électeurs et des jeunes. »

« Ouvrir les yeux et tenir plus compte des recherches universitaires. »

« Promouvoir l’information et informer les jeunes. »

« Mieux informer les citoyens sur les bénéfices des réglementations. »

« Le Parlement doit prendre beaucoup d’initiatives et éduquer les gens, leur dire que certains changements sont positifs. Les Européens ne le savent souvent pas. »

Le mois prochain, les partenaires d’Euractiv se pencheront plus en détail sur les difficultés que rencontrent les jeunes européens. Ils se demanderont ce que le Parlement peut faire pour faciliter des carrières réussies et une stabilité politique.

 

 

 

Disclaimer : ce  projet  a  été  cofinancé  par  l’Union  européenne  dans  le  cadre  du programme  de subventions  du  Parlement  européen  dans  le  domaine  de  la communication.  Le  Parlement européen n’a pas été impliqué dans sa préparation et n’est d’aucune manière responsable de ou lié par l’information, des informations ou des points de vue exprimés dans le cadre du projet pour lequel uniquement les auteurs, les personnes interviewées, les éditeurs ou les diffuseurs du programme sont  responsables conformément au droit applicable. Le Parlement européen ne  peut  pas  non  plus  être  tenu  responsable  des  dommages,  directs  ou  indirects,  pouvant résulter de la réalisation du projet »