EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

19/01/2017

« Galileo va assurer notre indépendance »

Innovation & Entreprises

« Galileo va assurer notre indépendance »

Jean-Yves Legall est président du Centre Nationale d'Etudes Spatiales-Photo Cnes

Le nouveau système européen de géolocalisation commence tout juste à offrir ses premiers services. Entretien de notre partenaire Ouest-France avec Jean-Yves Le Gall, président du Centre national d’études spatiales de Toulouse (Cnes).

En quoi Galileo est-il nouveau ?

Ce système de positionnement par satellites est nettement plus précis que ses concurrents : le GPS américain vous localise dans une rue, à dix mètres près ; Galileo sait sur quel trottoir vous vous trouvez, au mètre près. Il date aussi les événements au milliardième de seconde. Cela ouvre le champ à une foule d’applications dont certaines encore insoupçonnables : il va devenir aussi indispensable à la vie quotidienne que l’électricité ou Internet.

Quel enjeu pour les Européens ?

Assurer notre indépendance. Le GPS américain est avant tout un équipement militaire : si, demain, les États-Unis coupent les connexions comme ils l’ont déjà fait sur certains théâtres d’opérations (Irak), cela peut nous mettre en difficulté.

Comment y accéder ?

En s’équipant de simples puces, qui fonctionneront comme celle de votre téléphone et permettront d’accéder à la fois à Galileo, au GPS et à d’autres applications auxquelles vous serez abonné. Dans les mois à venir, les nouveaux terminaux, les iPhone, les Samsung mais aussi les nouvelles voitures seront systématiquement équipés de puces bi-compatibles.
logo-ouest-france