Incertitudes sur le portefeuille du prochain commissaire bulgare

La commissaire bulgare Kristalina Georgieva a quitté son poste et n'a pas encore été remplacée. [European Commission]

Andrus Ansip, vice-président de la Commission, a déclaré n’avoir repris que temporairement le portefeuille de l’économie numérique. Mais que ce dernier ne serait toutefois  pas forcément attribué au nouveau commissaire bulgare.

La Bulgarie doit nommer un commissaire pour remplacer Kristalina Georgieva, qui a quitté son poste de vice-présidente en charge du budget et des ressources humaines pour rejoindre la Banque mondiale.

Le commissaire allemand, Günther Oettinger, la remplace, et a répondu aux questions des eurodéputés le 9 janvier. Jean-Claude Juncker, le président de la Commission, avait donc demandé à Andrus Ansip de s’occuper de l’ancien portefeuille de Günther Oettinger de manière temporaire.

>> Lire : Le départ de Kristalina Georgieva à la Banque mondiale fragilise la Commission

À présent que Günther Oettinger a officiellement repris le portefeuille budgétaire, sans pour autant hériter du titre de vice-président de l’ancienne commissaire. L’attribution de l’économie numérique à Andrus Ansip semblait devoir devenir permanente. Une allégation réfutée par le principal intéressé. L’Estonien, chargé du marché unique numérique, a supervisé les travaux de Günther Oettinger depuis le début de son mandat et a confirmé que le rassemblement des deux commissariats ne durerait pas.

« Günther a de la chance », a-t-il assuré, indiquant que le commissaire allemand hériterait de « la partie la plus intéressante » du mandat de Kristalina Georgieva, les préparations de nouvelles négociations sur le budget à long terme, et leur application.

Quant au portefeuille qui sera alloué au commissaire bulgare, le vice-président a expliqué que cela dépendrait des compétences de la personne choisie par Sofia. « Il reviendra au président [Juncker] de prendre cette décision, mais, comme je l’ai expliqué, tous les commissaires doivent se charger de portefeuilles temporaires au besoin », a-t-il ajouté.

>> Lire : La Bulgarie lorgne le portefeuille de l’écologie à la Commission

Absence bulgare

La Bulgarie n’a à ce jour pas encore proposé de nouveau candidat. Et pour cause, le pays peine à former un gouvernement après la démission, le 28 octobre, du Premier ministre de centre-droit, Boyko Borrissov. Ce dernier a jeté l’éponge suite à l’élection d’un candidat socialiste à la présidence.

>> Lire : Crise politique en Bulgarie après l’élection de Rumen Radev

En l’absence d’un successeur désigné, Boyko Borissov, qui dirige le parti GERB, affilié au PPE, tient toujours les rênes du gouvernement, mais il semble décidé à ne pas nommer de candidat commissaire avant l’entrée en fonction d’un gouvernement intérimaire formé par Rumen Radev, le président élu socialiste.