EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

24/09/2016

Le piratage grignote 5,2% des ventes de disque en Europe

Innovation & Entreprises

Le piratage grignote 5,2% des ventes de disque en Europe

shutterstock_323547662

@NikolaObradovic/shutterstock

En 2014, le piratage a fait perdre à l’industrie du disque européenne 5,2 % du total de ses ventes, révèle une étude de l’Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO). Un article d’euroefe.

Un rapport révèle que 57 millions d’euros ont été perdus en format matériel (CD) et 113 millions d’euros en format numérique, des chiffres qui équivalent à 2,9 et 8,8 % des ventes respectivement.

Cette étude, publiée le 24 mai, a été réalisée par l’observatoire européen des violations des droits de propriété intellectuelle à partir de données de la fédération internationale de l’industrie phonographique (IFPI), qui représente les entreprises d’enregistrement et de licences d’exploitation de la musique dans le monde entier.

Ce travail analyse les ventes directes de produits musicaux créés par l’industrie du disque à des détaillants ou des intermédiaires, et exclut les ventes réalisées par des distributeurs, comme les plateformes en ligne.

>> Lire : Que représente le commerce de produits piratés ?

L’Espagne, avec 150 millions d’euros de vente, est le pays de l’UE qui a le plus souffert des contrefaçons (8,2 % du total des ventes), alors qu’en l’Allemagne, le meilleur marché de l’UE dans ce domaine, qui s’élève à 1,3 milliard d’euros, a perdu l’équivalent de 3,07 % des ventes totales.

Au Royaume-Uni, les ventes ont culminé à 1,1 milliard d’euros, et les pertes causées par le piratage ont représenté 4,45 % du total.

Selon le EUIPO, l’Allemagne et le Royaume-Uni représentent à eux deux plus de la moitié des ventes matérielles et numériques de l’UE.

700 millions de vente en France

La France a quant à elle vendu 700 millions d’euros de produits musicaux et en a perdu 3,7 % à cause du piratage. En Suède, ce sont 167 millions d’euros de produits vendus, et 7,4 % des ventes perdues.

Enfin, l’industrie du disque italienne a généré 200 millions d’euros et accusé 3,9 % de pertes.

Selon le directeur exécutif d’EUIPO, le Portugais António Campinos, les résultats de cette étude « correspondent au consensus général, qui consiste à dire que le piratage réduit les recettes des entreprises légitimes tant pour les produits matériels que numériques ».

Ce rapport est le septième d’une série d’analyse sectorielle permettant de quantifier la répercussion économique des contrefaçons dans l’espace communautaire.