EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

22/01/2017

Le Parlement presse la Commission de protéger l’industrie face à la Chine

Innovation & Entreprises

Le Parlement presse la Commission de protéger l’industrie face à la Chine

Bernd Lange, rapporteur sur la résolution concernant le TTIP © Parlement européen

Le Parlement européen fait pression pour que la Commission tienne sa promesse de renforcer ses défenses commerciales contre la concurrence de la Chine.

Dans une lettre envoyée le 5 octobre à la commissaire au commerce, Cecilia Malmström, les eurodéputés expriment leur inquiétude quant à l’éventuel statut d’économie de marché que pourrait obtenir la Chine, début décembre . « Nous avons atteint une situation où le co-législateur n’aura probablement pas assez de temps pour mener à bien une procédure législative », écrit Bernd Lange, qui dirige la commission au commerce international.

Le 29 juillet, la Commission européenne a accepté de donner à la Chine le statut d’économie de marché dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), mais devrait en parallèle s’assurer qu’elle « conserve un système de défense commerciale solide », afin de contrer le dumping et les aides illégales de Pékin.

Une solution hybride qui ne convainc guère les élus. L’exécutif peine à trouver un moyen de protéger l’avenir de l’industrie sidérurgique européenne. S’il fut le principal soutien de l’économie européenne pendant longtemps, l’acier connait actuellement la pire crise de son histoire.

>> Lire : Le soldat Macron tente de sauver l’acier européen

L’industrie s’est farouchement opposée à l’accession de la Chine au statut d’économie de marché, et a exigé que l’UE prenne des mesures pour empêcher l’arrivée massive d’importations chinoises à bas prix sur le marché européen.

La Chine a rejoint l’OMC en 2001. Elle était alors considérée comme un pays en développement largement financé par l’État, mais avait obtenu la promesse d’une révision de son statut dans les 15 ans, afin de la mettre sur un pied d’égalité avec ses grands partenaires commerciaux. Maintenant que Pékin a accédé au statut d’économie de marché, il sera bien plus difficile pour les 162 pays membres de l’OMC d’imposer des mesures anti-dumping aux produits chinois.

« Je serai reconnaissant que vous expliquiez les mesures que la Commission compte prendre pour [protéger l’industrie européenne], comme communiqué en juillet », a insisté Bernd Lange. « J’encourage la Commission à présenter ses propositions le plus rapidement possible. »

En mai, une écrasante majorité d’eurodéputés avait déjà approuvé une résolution non contraignante pressant la Commission d’entendre les arguments de l’industrie et des syndicats, et de ne pas accepter le changement de statut de la Chine.

Depuis un an, l’exécutif renforce ses défenses commerciales et a appliqué des mesures anti-dumping à une série de produits sidérurgiques, comme les armatures renforcées, l’acier au carbone laminé à froid et l’acier inoxydable laminé à froid, qui représentent entre 18,4 et 25,3% des importations chinoises.

Malgré cela, de mai 2015 à mai 2016, les importations d’acier au carbone ont grimpé de 21%, la Chine représentant à présent 27% des importations, et celles de l’acier inoxydable de 17%.

>> Lire : Le G20 réconcilie la Chine et l’Europe sur la question de l’acier