EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

08/12/2016

26 000 enfants non accompagnés sont arrivés en Suède depuis août

Justice & Affaires intérieures

26 000 enfants non accompagnés sont arrivés en Suède depuis août

Les enfants réfugiés participent à des cours. Suède, décembre 2015. [Reuters]

Ces quatre derniers mois, 115 000 demandeurs d’asile sont arrivés en Suède. Parmi eux se trouvaient 26 000 enfants et mineurs non accompagnés, pouvant remplir jusqu’à 1 000 salles de classe, a déclaré Morgan Johannson, ministre suédois de la Justice et de la Migration, le 6 janvier.

« L’année dernière, nous avons reçu 160 000 demandeurs d’asile, le plus grand nombre que notre pays n’ait jamais connu. C’est le double du précédent record. Sur les quatre derniers mois seulement, 115 000 demandeurs d’asile sont arrivés en Suède. Et parmi eux, se trouvent 26 000 enfants et mineurs non accompagnés. Cela représente 1 000 salles de classe arrivant en Suède en quatre mois », a déclaré le ministre suédois, Morgan Johannson, alors qu’il expliquait que la situation en Suède était devenue très difficile cet automne.

Morgan Johannson s’est exprimé lors d’une conférence de presse à Bruxelles aux côtés du commissaire aux affaires intérieures et à l’immigration, Dimitris Avramopoulos, de la ministre danoise de l’Immigration, Inger Stoejberg, et du secrétaire d’État parlementaire du ministère de l’Intérieur allemand, Ole Schröder.

>> Lire : La Commission tente d’apaiser les tensions Suède-Danemark

Aucun des participants n’a répondu aux questions de la presse. Ole Schröder a déclaré que les politiques européennes pour régler la crise des réfugiés ne fonctionnaient pas et que par conséquent, le nombre de réfugiés arrivant en Allemagne ne déclinait pas.

>> Lire : Merkel place 2016 sous le signe de l’accueil des réfugiés

Les enfants et mineurs non accompagnés sont les victimes les plus vulnérables du conflit en Syrie. Dans un rapport publié le 5 janvier, le comité international de développement (IDC) de Grande-Bretagne se dit particulièrement inquiet de la détresse dans laquelle se trouvent les enfants réfugiés livrés à eux-mêmes en Europe. Selon l’IDC, nombreux de ces enfants sont exposés à la prostitution, au travail infantile ou au commerce de drogues.

Morgan Johannson a lancé un appel pour trouver une solution européenne au problème des réfugiés.

« Cette situation ne peut pas se répéter. Nous devons mettre des mesures en place, travailler ensemble », a-t-il martelé. Selon lui, les demandeurs d’asile devraient déposer leur demande dans le premier pays où ils arrivent, le règlement de Dublin sur l’asile devrait être appliqué et l’afflux de réfugiés jugulé.

Le ministre a déploré l’existence d’une « autoroute » de réfugiés à travers l’Europe, allant de la Grèce jusqu’à l’Autriche, l’Allemagne et les pays nordiques, en passant par les Balkans.

« Des mesures doivent être mises en place pour que cela cesse », a-t-il affirmé, tout en plaidant pour un renforcement des frontières extérieures de l’UE.

>> Lire : La politique d’asile plus stricte en Suède n’entame pas le succès de l’extrême droite

Le ministre suédois a affirmé que son pays comptait sur le mécanisme de relocalisation. En septembre dernier, les chefs d’État et de gouvernement européens se sont accordés à relocaliser 160 000 migrants se trouvant en Italie et en Grèce, vers d’autres pays. Cependant, jusqu’à présent, seuls 272 migrants ont été relocalisés.

Vu le nombre d’immigrant qu’elle a déjà accueilli, la Suède a demandé à être exempte de l’obligation d’accueillir des réfugiés dans le cadre du système de relocalisation, et la Commission a accepté. Des réfugiés se trouvant en Suède seront même relocalisés dans d’autres pays européens.

« Nous sommes le pays ayant accueilli le plus de réfugiés par tête, pas seulement l’année dernière, mais depuis plusieurs années. Nous faisons beaucoup de choses mais nous ne pouvons pas tout faire. C’est pour cela que le mécanisme de relocalisation est important », a souligné Morgan Johansson.