EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

02/12/2016

Georgieva demande à l’Est de s’impliquer face à la crise des réfugiés

Justice & Affaires intérieures

Georgieva demande à l’Est de s’impliquer face à la crise des réfugiés

Kristalina Georgieva

[European Commission]

La vice-présidente de la Commission Kristalina Georgieva a appelé les pays d’Europe de l’est à sécuriser davantage les frontières externes de l’UE. Un article de notre partenaire, Tagesspiegel.

La vice-présidente bulgare de la Commission européenne a appelé les États membres d’Europe de l’est à s’impliquer davantage dans la sécurisation des frontières externes de l’UE.

« La contribution des nouveaux États membres pourrait être grandement améliorée », a-t-elle expliqué au Tagesspiegel le 4 avril. Les dirigeants européens ont convenu de finaliser une stratégie sur la protection côtière d’ici le mois de juin.

La représentante presse également les pays d’Europe de l’est à honorer leurs obligations financières vis-à-vis des réfugiés syriens. « Il est temps qu’ils passent à la vitesse supérieure et augmentent leur contribution financière à l’aide aux réfugiés en Turquie, en Jordanie et au Liban », juge-t-elle.

La commissaire, qui a été brièvement présentée comme possible successeure du secrétaire général de l’ONU, est optimiste quant à l’accueil des réfugiés dans ces pays : « avec le temps, ils seront plus disposés à accueillir des réfugiés ». Elle cite l’exemple de la Bulgarie, où l’opinion publique s’est adoucie après l’arrivée des premiers réfugiés, en 2013.

La Bulgarie n’a en effet pas participé aux poursuites lancées auprès de la Cour de justice de l’UE par la Hongrie et la Slovaquie contre les quotas de relocalisation, souligne-t-elle. Cela ne veut pas dire pour autant que les Bulgares sont entièrement convaincus.

>> Lire: La Bulgarie fustige la relocalisation des réfugiés

Elle assure également que le projet controversé du Premier ministre, Boyko Borissov, qui veut ériger une barrière à la frontière grecque, n’a pas pour objectif d’empêcher les migrants d’entrer, mais de permettre aux autorités de gérer l’afflux de personnes et d’identifier les migrants dès leur entrée sur le territoire.

Notamment chargée du budget européen, Kristalina Georgieva rejette l’idée d’une réduction des subsides pour les pays qui ne respectent pas les engagements européens. « Ne nous tirons pas une balle dans le pied », quand les pays les plus pauvres bénéficient de fonds structurels européens, cela finit également par avantager les pays exportateurs, comme l’Allemagne.

>> Lire aussi : Les pays de Visegrád veulent revoir les frontières de l’UE