Bruxelles lance une campagne sur la protection des données

Malgré l’importance croissante de la protection des données personnelles, la plupart des citoyens européens méconnaissent leurs droits, regrette la commissaire européenne à la justice. Un article d’Euractiv République tchèque.

La commissaire européenne, Věra Jourová, s’inquiète de l’attitude des citoyens, particulièrement dans l’est et le centre de l’Europe, qui ne portent pas assez d’attention à la protection de leurs données. Il lui semble en effet que les Européens sous-estiment la menace qui pèse sur leur vie privée.

« Je vais lancer une énorme campagne d’information, en janvier au plus tard, afin d’informer les citoyens sur les nouveaux droits que leur apporte la réforme de la protection des données », a-t-elle annoncé. L’an dernier, l’UE a en effet adopté un nouveau règlement sur la protection des données.

« Il ne faut pas que les gens deviennent paranos, mais je veux qu’ils sachent qui gère leurs données et ce qui en est fait. Je veux que les citoyens donnent un vrai consentement, en toute conscience, et qu’ils puissent revenir là-dessus au besoin », a-t-elle continué.

« Les citoyens doivent savoir qu’ils peuvent se plaindre. Ils doivent connaitre leur droit de compensation. Ils ignorent trop souvent ces choses-là », a-t-elle regretté.

Bouclier de protection

La commissaire tchèque a participé à la négociation de l’accord sur le bouclier de protection, un cadre juridique portant sur la protection des données des citoyens européens.

Le bouclier de protection garantit que des entreprises privées, comme Google ou Facebook, mais aussi des institutions publiques, comme les autorités américaines, ne pourront plus utiliser à mauvais escient des informations personnelles stockées outre-Atlantique.

« La protection de la vie privée a de plus en plus de valeur et la confiance des citoyens est devenue un facteur de compétition entre entreprises. Celles-ci ne peuvent plus se permettre de ne plus sécuriser les données personnelles. C’est ce que me disent à la fois les entreprises américaines et européennes », a déclaré Věra Jourová, commissaire européenne à la justice.

L’accord a cependant été négocié avec l’administration précédente, le gouvernement Obama. Reste à savoir quelle importance Donald Trump donnera au sujet.

Face à Trump, les eurodéputés réclament une meilleure protection des données

Alors que Donald Trump menace d’abroger certaines garanties de protection de la vie privée, le Parlement européen réclame un renforcement de l’accord-cadre sur la protection des données entre l’UE et les États-Unis.

 Moins de liberté pour plus de sécurité

Věra Jourová s’est rendue à Washington en avril. Son principal objectif était de s’assurer que rien ne changerait dans la protection des données des citoyens européens.

« J’ai notamment rencontré Wilbus Ross, secrétaire américain au Commerce », a-t-elle indiqué. « Je lui ai expliqué que l’accord était essentiel pour les entreprises européennes et américaines, à cause de l’énorme transfert de données qui se déroule entre les deux continents. Ces flux doivent être sécurisés. »

Wilbur Ross lui aurait assuré que les engagements de l’administration Obama seraient respectés. « Le slogan de Donald Trump, ‘America first’, signifie davantage de sécurité pour les citoyens américains. Cela se fait cependant souvent au détriment de leur liberté. À ce jour, je n’ai toutefois observé aucun problème en matière de protection des données », a affirmé la commissaire, qui se félicite de s’être rendue aussi tôt dans la capitale américaine.

Bouclier de protection des données: une victoire sur l'économie transatlantique

Le bouclier de protection des données UE-États-Unis est activé aujourd’hui, une victoire pour la protection de la vie privée et de l’économie de part et d’autre de l’Atlantique.