Juncker défend les accords Schengen en pleine crise migratoire

Jean-Claude Juncker à la cérémonie d'anniversaire de l'accord de Schengen. [Commission européenne]

Lors de la célébration du 30ème anniversaire de l’accord de Schengen le 13 juin dernier, le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, a demandé de ne pas profiter de la hausse de l’immigration en Méditerranée pour démanteler l’une des plus grandes réussites de l’intégration européenne. 

Jean-Claude Juncker s’est rendu à Schengen, une commune de son pays natal, le Luxembourg, où un accord a été signé le 14 juin 1985 pour abolir le contrôle des frontières entre son pays, la Belgique, la France, l’Allemagne de l’Ouest et les Pays-Bas. À ce jour, l’espace Schengen couvre tous les États membres de l’UE – sauf le Royaume-Uni, l’Irlande, Chypre, la Bulgarie, la Roumanie et la Croatie – ainsi que les pays associés à l’espace Schengen – l’Islande, la Norvège, la Suisse et le Liechtenstein.

La visite de Jean-Claude Juncker, qui était accompagné du Premier ministre luxembourgeois, Xavier Bettel, et du président du Parlement européen, Martin Schulz, a coïncidé avec l’escalade de la crise des migrants arrivant en Italie et au refus d’autres pays de partager le fardeau.

Les accords Schengen accusés de tous les maux

Des personnalités populistes comme Marine Le Pen, chef de file du Front national, ont profité de la situation pour rejeter la faute sur l’accord de Schengen.

« Nous critiquons souvent Schengen car on s’appuie sur des analyses superficielles. Nous vivons à une époque d’analphabétisme politique. Il faut bloquer la route à ceux qui disent que l’accord de Schengen devrait être révisé », a déclaré Jean-Claude Juncker, regrettant que l’Europe et Schengen soient toujours accusées de tous les maux.

« J’ai lu dans un journal français que le problème de l’immigration était étroitement lié à une mauvaise mise en pratique de Schengen. Il n’y a pas une once de lien entre l’accord de Schengen et la misère qui pousse certains à vouloir en finir avec l’Europe », a continué Jean-Claude Juncker.

Le président de la Commission a demandé de ne pas suivre ceux qui « par futilité, par incompréhension ou par rancune essayent de réduire à néant tous les accords et réussites de l’Europe ».

Crise franco-italienne

Pendant ce temps, une crise à la frontière de l’Italie et de la France est sur le point d’éclater si cette dernière n’accueille pas sur son territoire les centaines de demandeurs d’asile africains qui menacent d’entamer une grève de la faim,

La crise ne doit pas être « sous-estimée », a quant à lui déclaré Matteo Renzi alors que l’Autriche, la France, et la Suisse renvoient des demandeurs d’asile sur le territoire italien.

Le 16 juin, les ministres européens de l’Intérieur sont censés prendre une décision face à la proposition de la Commission de répartir 24 000 immigrants actuellement en Italie et 16 000 actuellement en Grèce dans le reste des États membres.

Plan B

Matteo Renzi a averti que si les pays européens s’opposaient à la redistribution des 24 000 migrants se trouvant en Italie, il avait un plan B qui, selon lui, allait « faire souffrir l’Europe ».

« Je ne peux pas révéler notre plan B », a indiqué Angelino Alfano, le ministre italien de l’Intérieur, à Sky TG24, « mais si l’Europe ne soutient pas cette proposition, elle devra s’adresser à une tout autre Italie. Nous n’accepterons pas une Europe égoïste. »

Le ministre a rappelé la nécessité d’une répartition équitable des migrants, d’une « mise en place de camps en Libye », et d’une politique sérieuse de rapatriement des migrants économiques,

Matteo Renzi abordera la question avec ses homologues français et britannique lors de leur voyage à Milan, ainsi qu’avec Jean-Claude Juncker et la chancelière allemande, Angela Merkel.