EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

02/12/2016

Juncker promet à Sofia de l’aider à sécuriser ses frontières

Justice & Affaires intérieures

Juncker promet à Sofia de l’aider à sécuriser ses frontières

Jean-Claude Juncker et Boyko Borissov in Sofia, Bulgaria, 27 April 2014 [Jean-Claude Juncker/Flickr]

Le président de la Commission, a promis de l’aide à la Bulgarie, inquiète de l’état des relations avec Ankara, pour renforcer sa frontière avec la Turquie.

Dans une lettre, obtenue par EurActiv, le président de la Commission a assuré le Premier ministre bulgare, Boyko Borissov qu’il était bien conscient de la « situation fragile » du pays et promet un soutien considérable pour la consolidation des frontières du pays.

La lettre a été envoyée quelques jours avant le sommet de Bratislava, lors duquel Boyko Borissov devrait exprimer ses inquiétudes quant à l’accord UE-Turquie, dont l’effondrement entrainerait une arrivée massive de migrants aux frontières de la Bulgarie.

>> Lire : Ankara menace à nouveau d’inonder l’Europe de réfugiés

Boyko Borissov s’est récemment plaint du « manque absolu de solidarité » au sein de l’UE sur la question des migrants.

La lettre semble également vouloir contrecarrer toute tentative du groupe de Visegrád d’avancer un « plan B », selon lequel la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie et la Hongrie s’occuperaient de renforcer les frontières macédoniennes et bulgares en cas d’abandon de l’accord UE-Turquie. Les pays de Visegrád et l’Autriche offrent déjà un soutien important à la Macédoine, qui a scellé sa frontière avec la Grèce.

>> Lire : Les pays de Visegrád veulent revoir les frontières de l’UE

Jean-Claude Juncker ne veut pas perdre Boyko Borissov, qui a été un allié jusqu’ici. Il a notamment pris le parti du président de la Commission en déclarant que les pays qui refusent les quotas de migrants devraient faire preuve de plus de solidarité. « L’application de [l’accord] UE-Turquie a permis de réduire le flux de migrants arrivant de Turquie dans l’UE, mais la situation reste fragile », écrit Jean-Claude Juncker. « Il est essentiel d’empêcher que de nouvelles routes se créent. »

Jean-Claude Juncker a exprimé sa ferme intention de renforcer la consolidation des infrastructures frontalières en Bulgarie, et assuré que les autres États membres devraient en faire plus et être plus solidaires. Il a également indiqué avoir demandé aux fonctionnaires européens concernés de se rendre en Bulgarie dans les jours suivants afin de discuter des besoins futurs de Sofia.

« La sécurité aux frontières externes de l’UE est importante pour moi. Je suis bien conscient des efforts déployés par les autorités bulgares à cette fin, et je les en félicite. Vous pouvez compter sur le soutien de la Commission dans le renforcement de la sécurité dans les États à la frontière extérieure de l’Union, comme la Bulgarie. C’est pourquoi j’entends aborder à nouveau le sujet lors du sommet de Bratislava, cette semaine », écrit le président de la Commission.

La lettre ne mentionne cependant pas la possibilité pour le pays de rejoindre l’espace Schengen. Sofia assure être prête à y entrer depuis des années, mais se heurte à l’opposition de certains États membres, comme l’Allemagne ou les Pays-Bas. Boyko Borissov a à nouveau souligné que la Bulgarie protège mieux ses frontières que certains pays de la zone sans frontières.

>> Lire : La Bulgarie réclame son entrée dans Schengen face à la crise des réfugiés